Aux Frontières du Paranormal - Phénomènes paranormaux

Forum de discussion autour du paranormal
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Forum
Partenaires
Tchat Blablaland
Meilleurs posteurs
Tives
 
Rick
 
Merin
 
Pomme golden
 
justeuneombre
 
Neptune
 
Homme Curieux
 
torchwood
 
OUTCHY
 
Marie-José
 
Marque-page social
Marque-page social Digg  Marque-page social Delicious  Marque-page social Reddit  Marque-page social Stumbleupon  Marque-page social Slashdot  Marque-page social Furl  Marque-page social Yahoo  Marque-page social Google  Marque-page social Blinklist  Marque-page social Blogmarks  Marque-page social Technorati  

Conservez et partagez l’adresse de Aux Frontières du Paranormal - Phénomènes paranormaux sur votre site de social bookmarking

Conservez et partagez l'adresse de Aux Frontières du Paranormal - Phénomènes paranormaux sur votre site de social bookmarking

Partagez | 
 

 Les runes vikings

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Tives
Fêtons mes 200 posts!!
Fêtons mes 200 posts!!


Masculin Nombre de messages : 866
Age : 48
Localisation : Partout
Date d'inscription : 01/06/2008

MessageSujet: Les runes vikings   Mer 18 Juin - 5:02

Pomme Golden a écrit:
Les Runes racontent l'épopée...



Les Runes, ancien alphabet magique et sacré des peuples germano-scandinaves, ont été très tôt utilisées à des fins divinatoires. Issues du vieux paganisme, ces lettres aux formes anguleuses, destinées à être gravées sur la pierre ou des matériaux durs, ont toujours été enveloppées d'une aura de mystère.
Les Vikings célèbraient la bravoure d'un guerrier sur les champs de bataille et glorifiaient la mort des parents en érigeant des stèles commémoratives. Ils y gravaient des dessins et des écritures runiques (runes), souvent encadrés de serpents entrelacés. Parfois même, ils édifiaient des stèles de leur vivant pour faire valoir leurs hauts faits, ou chantaient les êtres chers disparus au cours de lointaines expéditions.
Ces stèles étaient construites dans des lieux publics afin que chacun puisse les admirer. Sur celle de l'île de Gotland, les runes sont remplacées par des dessins mettant en scène des Dieux, des héros, des navires et des guerriers.

Un enchevêtrement de dessins

Cette pierre peinte, provenant d'Ardre, dans le Gotland, est couverte de dessins pêle-mêle. En haut, l'étrange cheval à huit pattes du dieu Odin, Sleipnir, transporte le dieu à travers le ciel. Au-dessous, se trouve un navire viking, encadré par des scènes tirées de la sanglante histoire de Völund le forgeron. Fait prisonnier par le roi Nidud, Völund se venge en coupant la tête des deux fils de son geôlier et se sert de leurs crânes comme de coupes. Finalement, Völund réussit à s'échapper par les airs en se forgeant deux ailes.

La barque au-dessous du navire représente peut-être le dieu Thor pêchant avec le géant Hymir.
D'après la légende, Thor captura le Serpent du Midgard, mais Hymir, terrifié, coupa la ligne.

Lettres Runiques

Les runes, composées de lignes droites ou diagonales, étaient aisées à graver dans le bois ou la pierre.
L'alphabet de base, le Futhark, possède 16 runes, nommé ainsi suivant les six premières lettres qui le compose.



Les plus anciennes inscriptions runiques, remontant à 200 ans environ après J.C., proviennent d'un grand alphabet de 24 caractères. Autour de l'an 800 se répandit un alphabet viking raccourci de 8 lettres. On utilisait une autre version de l'alphabet, appelée "runes à branches courtes", pour les messages courant.

La Pierre de Jelling à 3 côtés.

Il s'agit là du plus grand monument de pierre de Scandinavie. Elle fut érigée par le roi Harald à La Dent Bleue sur le tombeau royal de Jelling, dans le Jutland, au Danemark. A côté d'elle, se dressent deux immenses tumulus. L'un d'eux, le tumulus du Nord, indique peut-être l'endroit où furent enterrés, au cours d'une cérémonie païenne, les parents d'Harald, le roi Gorm et la reine Thyra. Lorsque Harald se convertit au christianisme, il construisit une église près des tumulus et y transféra les restes de ses parents. Puis il éleva la pierre de Jelling à leur mémoire mais aussi à la gloire de sa puissance comme roi de Norvège et de Danemark. La pierre forme une pyramide à trois côtés, le premier étant recouvert d'inscriptions, les deux autres de peintures.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tivestives-1.spaces.live.com/default.aspx?wa=wsignin1.0
Tives
Fêtons mes 200 posts!!
Fêtons mes 200 posts!!


Masculin Nombre de messages : 866
Age : 48
Localisation : Partout
Date d'inscription : 01/06/2008

MessageSujet: Re: Les runes vikings   Mer 18 Juin - 5:02

Pomme Golden a écrit:



La Rune Tiwaz


Ziu Tiwaz Tiu Irmin Týr

Que sait-on à propos du grand Dieu Tiwaz, également appelé Ziu (prononcez Tssiou) ou encore Tiu (prononcez Tiou) ? Nous savons par son étymologie qu’il fut le Dieu de la première fonction indo-européenne, la fonction souveraine et royale. L'étymologie de ce Dieu majeur se retrouve comme nous l'avons déjà vu chez les autres grands Dieux indo-européens de la même fonction: Zeus, Dyaus pitar (pitar=père), (D)jupiter,...
Avant qu’Odin - Wodan ne prenne la fonction souveraine chez la plupart des peuples germano-nordiques, Tiwaz occupait la place de roi des Dieux. On connait en général le mythe du Dieu Týr des Eddas, ce mythe où Týr met en gage sa main dans la gueule du loup Fenrir. Mais que savons nous du Dieu Týr – Tiwaz – Ziu à part ce mythe ? Peu de choses en fait, c’est pour cela que nous allons voir en détail tout ce qui peut se rapporter à son culte à une époque plus reculée, une époque où il était encore le roi des Dieux. C’est donc l’aspect germanique ici qui sera développé, et non l’aspect scandinave.

Tiwaz – Ziu était à l’origine le père du ciel, le Dieu du ciel diurne. Il devint également le Dieu qui décidait du destin des batailles à une époque où les germains de toutes parts allaient connaître des périodes troubles et belliqueuses.

Tacite décrit que chez les germains Tenctères, Tiwaz est le principal Dieu.

Chez les germains de la région du Rhin au 1er siècle où le culte de Wodan commençait déjà à prendre une certaine importance, on célèbrait d’importants cultes à Tiwaz et on lui sacrifiait de nobles animaux comme le cheval.

Chez les Semnones, l’un des plus anciens clans du peuple germanique suèbe, il était le Dieu des Dieux. Un enclos, une clairière sacrée lui était consacré. On pouvait pénétrer l’endroit sacré en forêt dédié à Tiu, uniquement si l’on était attaché par une corde, ficelé. Celui qui tombait devait ramper jusqu’à la sortie de la clairière.
Les Semnones se considéraient comme descendants du Dieu Tiu. Lors de la guerre contre les Hermunduren, les Semnonen sacrifièrent les vaincus ainsi que leurs chevaux à Tiu et à Wodan.

Jordanès dit que les Goths observaient un culte très strict à Tiwaz. En plus de lui sacrifier les ennemis vaincus, ils lui donnaient en offrande les armes des ennemis en les accrochant aux arbres de l’enclos sacré consacré à Tiwaz.

Chez les Quades, l’arme par excellence consacrée au grand Dieu Tiwaz, était l’épée. Les serments se faisaient chez les Quades en jurant sur l’épée et par Tiwaz.

Tacite parle de danses rituelles faites par les jeunes guerriers. Cette danse s’opérait dangereusement entre des épées et des lances. Il est supposé que cette danse initiatique se faisait en l’honneur de Tiwaz.

Les Frisons germains servant dans les légions de Rome, ont laissé des inscriptions dédiées au Dieu Tiwaz, qu’ils appellent Mars Thingsus. Rappelons que le Thing par la fonction et par l’étymologie était à cette lointaine époque sous la responsabilité de Tiwaz. La première inscription en latin : DEO MARTI ET DVABVS ALAISIAGIS ET N AVG GER CIVES TVIHANTI CVNEI FRISIORVM VER SER ALEXANDRIANI VOTVM SOLVERVNT LIBENTES M : Au Dieu Mars (…), les germains de la tribu de Tuihantis servant dans la formation des Frisons. Le Dieu Mars représente selon l’interpretatio romana Tiwaz, fait ici confirmé par le nom Tuihantis, dont l’étymologie germanique fait référence à Tiu et au Thing, deux allusions à Tiwaz.

L'axis-mundi Irminsul (tout comme Yggdrasil plus tard chez les scandinaves) est le pilier par lequel passe le feu vital reliant les pôles dans une union parfaite. Cette colonne relie les 9 mondes et garantit la solidité de la structure universelle. Elle est la colonne vertébrale de l'univers. L'Irminsul relie dans l'espace les pôles, et dans le temps l'Irminsul relie les solstices entre eux, l'axe polaire et l'axe solsticial.


Nous avons vu dans le topic sur le Dieu Tiwaz que ce dernier est le Dieu de la justice et garant de l'Ordre cosmique. Il est le garant de la victoire dans toute lutte ou guerre. Sa rune a donc les mêmes vertues que le Dieu lui-même, et elle permet la concentration des énergies vers un but précis, selon un axe établi. C'est une rune de la verticalité, une rune très masculine.

Tout comme le nom Dagaz, le nom Tiwaz a une lointaine origine indo-européenne correspondant à la notion de lumière céleste et qui plus tard donnera le nom de Dieu dans certaines langues européennes. Tiwaz est un autre aspect du Père du ciel, il est le Père du ciel en chemin au zénith formant ainsi l'axe-pilier parfait.
Tiwaz est le père de la victoire et de l'ordre, le garant de la justice. Il est la lumière qui a vaincu le chaos des ténèbres nocturnes. Lorsque Týr sacrifie sa dextre dans la gueule du loup cosmique, on retrouve le symbole mythique de Týr se sacrifiant afin que l'Ordre ne soit pas menacé pas le chaos (Fenrir). Ce n'est pas un hasard bien-sûr que l'on retrouve le dieu Tiwaz-Týr comme Dieu tutélaire du Thing, car il est le Dieu du bon Droit.

Pour résumer : les vertues principales de Týr sont l'ordre, la justice, le courage, l'honneur, la fidélité, et la victoire.

http://www.lesfilsdodin.com/forum/viewtopic.php?t=1249
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tivestives-1.spaces.live.com/default.aspx?wa=wsignin1.0
Tives
Fêtons mes 200 posts!!
Fêtons mes 200 posts!!


Masculin Nombre de messages : 866
Age : 48
Localisation : Partout
Date d'inscription : 01/06/2008

MessageSujet: Re: Les runes vikings   Mer 18 Juin - 5:03

Pomme Golden a écrit:


La Rune Berkana


Berkana (germanique commun) = Bouleau
Beorc (anglo-saxon) = bouleau
Bercna (gotique) = bouleau
Bjarkan (norrois) = bouleau

Le nom de cette rune a en général bien survécu dans les langues germaniques modernes puisque en allemand le bouleau se dit Birke, en danois Birk, ou bien en anglais Birch,.

Le bouleau est l'arbre feuillu le plus ancien d'Europe du Nord. De tous temps il fut associé au printemps, à la vie qui fleurit et s'épanouït. Il est l'incarnation-même du printemps. À la fin-mars durant la montée de la sève, il était coutume de recueillir son sang, sa sève. Cette sève possède des propriétés dépuratives, diurétiques, fébrifuges et anti-lithiasiques (contre les calculs rénaux) et bien d'autres vertues. Chaque Bouleau contient en moyenne 20 à 30 litres de sève. Pour les anciens il ne s'agissait pas seulement d'une cure de santé, mais aussi d'une communion avec la forêt renaissante afin de célébrer les forces vives du printemps.
Le genre de Berkana dans les langues germaniques est féminin, et ceci à juste titre car "la" bouleau (die Birke) est l'arbre associé à la Déesse-Mère, à Frigga. Berkana est une rune féminine par excellence. Voyons ce qu'en dit un site spécialisé sur les plantes dans la tradition germano-nordique :

"La" Bouleau est donc un symbole de notre Déesse-Mère, image divine remontant à la plus haute préhistoire européenne. Elle est celle qui permet la croissance de la vie, elle au centre de tous les rituels de fécondité et fertilité liés à la Terre-Mère. Chez des germano-celtes des 2è et 3è siècles, on a retrouvé des inscriptions mentionnant un culte à la Déesse des Bouleaux (Dea Vercana --> le mot latinisé pour bouleau, est formé d'une évidente étymologie germanique). Pas seulement chez les germains le bouleau est associée à la Grande-Déesse, chez les celtes aussi, et chez certains slaves actuels, le mois de mars est nommé le mois de la mère de dieu. Chez les peuplades sibéirennes, il est aussi l'arbre lié à la fête du printemps. Une vieille racine indo-européenne *per (naissance) se retrouve également dans le nom Berkana, dont les liens avec la rune Pertho seront établis avec l'étude de cette dernière rune.
Le printemps célébré chez les germains également sous le nom de la Déesse Ostara est aussi une célébration, un hymne au retour de la lumière symbolisée par l'écorce blanche du Bouleau. Les germains lors de la nouvelle lune de léquinoxe de printemps célébraient le mariage retrouvé entre le Ciel et la Terre. Et ce n'est pas un hasard que 9 mois après, lors du solstice d'hiver, on célébrait la naissance de l'enfant-lumière dans bien des cultures païennes... C'est ainsi qu'on retrouve très souvent l'image de la Déesse-Mère accompagnée d'un bébé, image que les chrétiens n'hésiteront pas à récupérer avec leur vierge accompagnée de Jésus.

Frigga est la fille de Fjörgynn, et en cela directement liée à la notion de Terre-Mère. Frigga est connue avant tout comme protectrice des couples unis par les liens sacrés. Elle est également respectée comme la protectrice de la fécondité au sein des couples mariés. Elle est celle qui protège les naissances. Les liens sacrés du couple et du mariage que Frigga protège, sont les garants de l'ordre familial dont elle est aussi la protectrice. Elle est ainsi la gardienne de l'union entre le principe masculin et le principe féminin. Frigga exigeait pour toutes ces raisons une grande pureté lors des cultes qui lui étaient consacrés. On ne plaisante pas avec l'union de principes éternels comme ceux de la verticalité (principe masculin)et de l'horizontalité (principe féminin).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tivestives-1.spaces.live.com/default.aspx?wa=wsignin1.0
Tives
Fêtons mes 200 posts!!
Fêtons mes 200 posts!!


Masculin Nombre de messages : 866
Age : 48
Localisation : Partout
Date d'inscription : 01/06/2008

MessageSujet: Re: Les runes vikings   Mer 18 Juin - 5:03

Pomme Golden a écrit:


La Rune Ehwaz


Ehwaz (germanique commun) = cheval
Eoh (anglo-saxon) = cheval
Egeis (gotique) = cheval

Le cheval est un animal très sacré dans les cultures germaniques pré-chrétiennes. Il prend une place importante dans les symboles païens de toutes les cultures d'origine indo-européenne. Au niveau exotérique, le cheval personnifie le courage, la noblesse, la rapidité, le déplacement, la symbiose animal-homme. La rune Ehwaz vient souvent renforcer et confirmer les runes qui l'entourent. Ehwaz est un renforcement engendré par sa force en perpétuel mouvement.

Et dans le domaine spirituel, le cheval est l'accompagnateur des esprits, celui qui donne une direction aux esprits (Seelengeleiter). Dans bien des cultures de type chamanique, et en particulier chez les germains, on retrouve donc le cheval comme "véhicule spirituel" permettant de visiter les autres mondes. C'est ainsi qu'on retrouve la figure divine bien connue de Wodan - Odin chevauchant Sleipnir son cheval à huit pattes, afin de visiter les 9 mondes. De la même manière on retrouve le cheval transportant les esprits des défunts vers les autres mondes, on retrouve Hermod chevauchant vers Hel afin d'obtenir le retour de Balder, et on retrouve également l'image connue de la chasse sauvage de Wodan accompagné des défunts, ou bien encore les walkyries ramassant les morts au combat et les hissant ´sur leur monture pour les mener vers le Walhalla. Le cheval est donc aussi symbole de la force motrice de l'esprit, la force qui meut l'esprit vers d'autres horizons, d'autres mondes spirituels. Il est dans cette logique aussi associé au monde des rêves où l'esprit voyage loin, parfois très loin...
Dans toutes les traditions chamaniques on retrouve un rapport très étroit avec le symbolisme du cheval dans les instruments utilisés par le chamane: tambour en peau de cheval, canne coudée avec tête de cheval,...

Ensuite il existe au niveau symbolique également les notions de cheval blanc et cheval noir.
Le cheval blanc représente dans une symbolique très solaire l'instinct contrôlé, l'instinct maîtrisé et sublimé. Il est selon l'éthique la plus noble conquête de l'homme. Il est donc l'aspect solaire de la conscience. Le cheval blanc par extension représente la force solaire de la jeunesse aussi bien au niveau spirituel que sexuel. Ce cheval blanc lié aux forces solaire se retrouve dans le culte aux Dieux Alkis, mais aussi dans d'autres cultures indo-européennes chez les Dioscures, les Ashvins, le Dieu Mars, le Dieu Apollon, etc... dans tous ces cas de figure, il est la marque de la noblesse divine.
Le cheval noir quant-à lui peut être tantôt bénéfique tantôt malfaisant. Il est en tous cas l'expression de forces chtoniennes. Le cheval noir est l'expression des forces vives de la Terre-Mère, des eaux, de la sexualité, de l'impétuosité du désir. Le cheval noir peut donc aussi incarner les forces obscures qui animent parfois l'instinct incontrôlé. Le cheval noir se retrouve aussi par exemple chez les germains lorsque ceux-ci utilisaient une tête de cheval empalée au bout d'un long bâton afin de lancer une malediction nommée Nidstang.

http://www.lesfilsdodin.com/forum/viewtopic.php?t=1229
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tivestives-1.spaces.live.com/default.aspx?wa=wsignin1.0
Tives
Fêtons mes 200 posts!!
Fêtons mes 200 posts!!


Masculin Nombre de messages : 866
Age : 48
Localisation : Partout
Date d'inscription : 01/06/2008

MessageSujet: Re: Les runes vikings   Mer 18 Juin - 5:04

Pomme Golden a écrit:


La Rune Mannaz



Mannaz (germanique commun) = homme, être humain
Man (anglo-saxon) = homme, être humain
Manna (gotique) = homme, être humain
MadR (norrois) = homme, être humain

Cette rune comme son nom l'indique est celle de l'être humain, et tout comme la rune Dagaz, graphiquement elle représente l'union de deux contraires, ici l'union de l'homme et de la femme. Mannaz est donc en ceci la rune de l'être humain réalisé, celui formant le couple homme-femme. Cette fusion harmonieuse se retrouve dans nos mythes anciens avec Ask et Embla, ainsi que Lif et Lifdrasir. Mannaz est le mariage des forces macro- et micro-cosmiques, elle est l'harmonie des forces.
Graphiquement, Mannaz est la fusion de 2 runes Wunjo se faisant face, ce qui rejoint une maxime particulièrement adaptée pour Mannaz : "l'homme est une joie pour l'homme".

Lorsqu'on prend le Futhark dans l'autre sens (O-D-Ing), Mannaz est la 5è rune, et dans bien des traditions le chiffre 5 symbolise l'être humain réalisé, ce symbolisme se retrouve dans un des symboles le´s plus connus : le pentagramme, ...pentagramme qui je le rappelle est un symbole de l'être humain.

Il est intéressant de noter aussi qu'à ce stade, le système Oding nous offre une belle vision cosmogonique de la "genèse" : Othala l'androgyne originelle, Dagaz le père-ciel, puis la descendance avec Ingwaz, ensuite le règne végétal et aquatique avec Laukaz, puis l'être humain avec Mannaz, et enfin le règne animal avec Ehwaz (que nous verrons la prochaine fois).

Il est à remarquer aussi que le père de tous les êtres dans la cosmogonie germanique se nomme Mannus. Cela ne peut pas être un hasard. En effet chez les germains continentaux, Tuisto (Buri) est le père de Mannus (Bórr) qui lui-même est le père des trois grands peu´ples germaniques : Ingvaenon, Herminonen, et Istvaeonen.

Dans de nombreuses traditions, lêtre humain est décrit comme une synthèse du monde, un modèle réduit de l'univers, un microcosme et un macroscosme à lui seul. Les os de l'homme tiennent de la terre, le sang de l'eau, le systéme nerveux du feu, le système respiratoire relève de l'Air. L'être humain touche aux trois niveaux cosmiques principaux : la terre avec ses pieds, l'air avec son buste, et le célèste avec sa tête.. Avec son esprit il entre en liaison avec le règne des Dieux. L'homme réalisé est l'être conscient de ce grand tout. Mannaz est l'harmonie du corps et de l'esprit.

Une autre maxime très connue des païens illustre très bien le pouvoir caché de la rune Mannaz : "Connais-toi toi-même, et tu connaîtras l'univers et les Dieux".
C'est ici aussi qu'une citation de Nietzsche a sa place : "l'homme est un pont entre l'animal et le surhumain. "

http://www.lesfilsdodin.com/forum/viewtopic.php?t=1228
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tivestives-1.spaces.live.com/default.aspx?wa=wsignin1.0
Tives
Fêtons mes 200 posts!!
Fêtons mes 200 posts!!


Masculin Nombre de messages : 866
Age : 48
Localisation : Partout
Date d'inscription : 01/06/2008

MessageSujet: Re: Les runes vikings   Mer 18 Juin - 5:04

Pomme Golden a écrit:


La Rune Laukaz


Germanique commun : Laukaz, le poireau
Anglo-saxon : Lagu, l'eau
Gotique : Laaz, l'eau ; Laguz, les eaux

Norrois : LaukR, le poireau
Norrois : LögR, l'eau

Ce nom a bein-sûr survécu dans les langues modernes : en allemand moderne le poireau se dit Lauch ; en français l'élément aquatique se retrouve dans les mots Lac et Lagune ; en anglais le poireau se dit Leek, le lac se dit Lake, la lagune se dit Lagoon ; en espagnol et italien le lac se dit Lago ; en dialecte de Calabrese ça se dit Lagu ; en catalan LLac ; en lombard Lagh ; le mot lagune se retrouve dans toutes les langues germaniques et même latines et slaves (Lagune - allemand, lagune - néérlandais, laguna - espagnol, lagune - danois, lagun - suédois, laguna - plonais, tchèque, hongrois et russe, et même les langues celtes parlent de loc'h.

Quel rapport donc entre le poireau et l'eau?... Pour commencer le poireau est une plante qui a besoin de grosses quantités d'eau pour sa croissance. Ensuite les deux sont symboles de la croissance de la vie. L'eau au travers des plantes exprime la croissance, l'apparition des formes. Le symbole de l'eau associé à celui du poireau représente donc la vie qui germe, qui pousse, la croissance.

Dans les textes anciens, l'eau est également la manifestation physique de la vie qui croît. Dans notre cosmogonie l'eau est née de la rencontre du Feu et de la Glace (Muspelheim et Nifelheim), et c'est cette même eau sacrée qui sera la source de toute vie.

L'eau est également symbole de purification et centre de regénérescence. Le liquide nourricier qui parcourt la plante est un flux d'énergie vitale qui permet le développement.

La rune Laukaz-Laguz est impregnée d'une forte connotation sexuelle. Le poireau est une représentation de la verge et de la force sexuelle masculine. Le liquide, lui, est une représentation d'un liquide vital : la semance masculine, celle qui permet la croissance de la vie, la fécondation sans laquelle aucune croissance ne serait possible.
Graphiquement la rune pourrait représenter le poireau bien-sûr, mais elle fut également interprêtée comme la baguette magique utilisée lors de certains rituels. La baguette magique fut de tous temps un symbole du pouvoir créateur de la verge et de sa semance magique. Les graphismes se rejoignent donc dans leur signification. Les cultes phaliques sont très connus dans la culture païenne des germains et des nordiques ( http://www.lesfilsdodin.com/forum/viewtopic.php?t=520 ), le culte de Freyr-Fro en atteste, les nombreuses représentations phaliques aussi, ainsi que certains textes anciens comme celui où il est question d'une famille scandinave qui vouait tous les jours un culte au phalus d'un cheval.

La rune est également à rattacher aux influences lunaires (rappelons au passage que la lune en allemand est masculin Der Mond). La lune influence les eaux (phénomème des marées) et la croissance des plantes.

http://www.lesfilsdodin.com/forum/viewtopic.php?t=1091
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tivestives-1.spaces.live.com/default.aspx?wa=wsignin1.0
Tives
Fêtons mes 200 posts!!
Fêtons mes 200 posts!!


Masculin Nombre de messages : 866
Age : 48
Localisation : Partout
Date d'inscription : 01/06/2008

MessageSujet: Re: Les runes vikings   Mer 18 Juin - 5:05

Pomme Golden a écrit:


La Rune Ingwaz


Ingwaz --- germanique
Ing --- anglo-saxon
Enguz --- gotique

En vieil-haut-allemand : Ingu-Fro
En norrois : Ingvi-Freyr
Ces deux derniers termes se traduisent par "le seigneur Ing"

Cette racine ING se retrouve en allemand moderne comme un suffixe. Ce suffixe désigne la notion de "fils de...", "desendant de...". Par exemple le mot "Edeling" veut dire "fils de noble" (ing=fils de ; edel=noble).

Ing est donc le fils du Jour (Ingwaz-Dagaz). La place de la rune Dagaz et de la rune Ingwaz correspond ainsi à une logique presque cosmogonique. On voit s'opérer une véritable évolution mythologique. "L'androgyne-mère" originel (Othala) s'unit au Père du Jour (Dagaz) et donnent naissance à Ing, le descendant.

Le graphisme de Ing est à rapprocher de celui de l'oeuf, la vie qui germe, c'est le fameux symbole printanier de l'oeuf de Pâques. On l'a aussi comparé à l'image d'un petit soleil, un soleil naissant. Le petit cercle ou le petit carré sont une extension du centre ; comme les ondes sur l'eau qui se propagent en cercle fermés à partir d'un point d'impact central.
Dans les deux cas la rune ING est symbole de la vie en gestation, la vie naissante. Il est le fruit de l'union des deux pôles, le féminin et le masculin. Le graphhisme de Ing s'explique également par l'union du principe masculin (^) et de son contraire la pointe vers le bas (principe féminin).

Ing est à relier à la fécondité, à l'oeuf fécondé, au principe de vie qui se perpétue, à une nouvelle vie qui commence à croître. Ing est le renouvellement fécond, il incarne le principe de la descendance des espèces.

Les skaldes norvégiens nommaient les rois de Suède les Ynglingar, ce qui veut dire les descendants de ING. Là aussi le terme norrois -ingar s'explique par le mot descendants.
Dans le Beowulf, les danois de l'Est sont nommés les Ingwine, les amis de ING.
Tacite mentionne les trois peuples fondateurs des germains selon leurs noms germaniques. L'un d'eux est le peuple des Ingwaenonen, peuple qui est descendant de Ing. Ingu-Fro (Ingvi-Freyr) était leur Dieu tutélaire. On observe chez ce peuple par ailleurs un culte à Nerthus (la Terre-Mère). Les Dieux germaniques Ingu-Fro et Nerthus rejoignent en celà les Dieux nordiques Frey et Gerd. C'est le passage connu des Eddas où Frey (la vie féconde) veut conquérir l'amour de Gerd (la Terre-Mère) afin de s'unir à elle et de perpétuer ainsi la vie. Remarquez au passage la similitude étymologique existante entre Nerthus, Gerd, et Jörd ,; le nom de la Déesse-mère germanique survit dans les langues modernes pour désigner la Terre : earth (anglais), Erde (allemand), ...

Ingwaz est la gestation, le mûrissement d'un projet, c'est également le jaillissement de la vie dans tous les sens du terme propre et figuré

http://www.lesfilsdodin.com/forum/viewtopic.php?t=1045
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tivestives-1.spaces.live.com/default.aspx?wa=wsignin1.0
Tives
Fêtons mes 200 posts!!
Fêtons mes 200 posts!!


Masculin Nombre de messages : 866
Age : 48
Localisation : Partout
Date d'inscription : 01/06/2008

MessageSujet: Re: Les runes vikings   Mer 18 Juin - 5:06

Pomme Golden a écrit:


La Rune Dagaz


Germanique = Dagaz
Gotique = Daez
Norrois = Dagr
Anglo-saxon = Daeg

Le nom de cette rune signifie dans toutes les langues : JOUR.
Le Jour est une notion fondamentale, un archétype divin remontant aux plus lointaines origines indo-européennes. En effet chez les hitties le Dieu du ciel diurne est nommé Dingir et dont le symbole ressemble étrangement à la rune Dagaz, de plus la valeur phonétique est aussi le "D". Chez les indo-aryens de l'époque védique Dyaus Pitar était le Père du Ciel diurne. Chez les romains on retrouve ce Père du Ciel diurne sous le nom de Dies Piter qui deviendra plus tard le Dieu Jupiter. Nous sommes donc en présence d'un archétype divin qui désigne le Père du Jour, le Père du Ciel. Le nom de Dagaz se retrouve dans les langues modernes comme par exemple en allemand (der Tag), en anglais (the Day), en espagnol (el día), en français (diurne), en néerlandais (dag), en islandais (dagur), etc...

Le graphisme de la rune évoque une dualité, un aspect double que l'on retrouve dans la double-hache qui était un attribut du Père du Ciel dans les cosmogonies dites primitives. Cette double-hache est celle qui tranche entre le jour et la nuit. Elle sépare en deux par son pouvoir de division.
Mais cette double-hache, tout comme pour Mjölnir, est également l'objet sacré qui unit les couples. C'est l'image cosmogonique très ancienne du Père du Ciel s'unissant à la Terre-Mère. La lumière divine du Jour fécondant la Terre-Mère représente l'union des forces ouraniennes et chtoniennes. Ce sont donc des forces opposées qui s'unissent pour former un tout harmonieux. Les forces binaires s'unissent dans un équilibre vital et nécessaire afin de perpétuer les cycles de la vie. La division en deux et par la suite leur union, est donc la multiplicité et sa synthèse à la fois.

Certains Futhark placent Dagaz à la fin, ce qui conserve une certaine logique car Dagaz est FIN et DÉBUT à la fois. À la fin du premier Aett se trouve Wunjo (l'harmonie des forces, la joie) ; à la fin du dexième Aett se trouve Sowilo (la puissance des forces solaires) ; Dagaz à la fin du troisième Aett place ainsi la rune dans une certaine logique.
Mais lorsq'on prend le Futhárk en commençant par Othala (Oding et non Futhark), et que l'on se souvient que Othala représente entre autres l'androgyne de la nuit des temps, il est logique de retrouver Dagaz, le Père du ciel en deuxième position. Car Dagr dans les textes anciens est fils de Nott, le Jour est fils de la Nuit. Nott (la Nuit) s'unit entre autres avec Delling dont le nom signifie le brillant et qui n'est pas sans rappeler Dagaz. Delling serait à ce niveau une hypostase de Dagr. Post tenebras lux. Nott et Delling, le Père du Ciel diurne et la Terre-Mère nous rappellent encore une fois au principe fondamental de l'union harmonieuse et nécessaire des contraires.

Le Jour symbolise à lui seul l'ensemble des forces cycliques :
l'aube = la naissance = le printemps
le soleil au zénith = l'apogée de la croissance = l'été
l'après-midi = la maturité = l'automne
le crépuscule = la vieillesse et la mort = l'hiver

La mort n'est pas vu ici comme une fin en soi, elle est vu comme le début d'un nouveau cycle. Il faut mourir pour renaître...

Dagaz symbolise donc la clarté, l'unión harmonieuse de forces opposées, la regénération cyclique, la faculté de discerner les contraires et de comprendre un problème dans son ensemble, la sagacité, et la vivacité.

http://www.lesfilsdodin.com/forum/viewtopic.php?t=999&start=0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tivestives-1.spaces.live.com/default.aspx?wa=wsignin1.0
Tives
Fêtons mes 200 posts!!
Fêtons mes 200 posts!!


Masculin Nombre de messages : 866
Age : 48
Localisation : Partout
Date d'inscription : 01/06/2008

MessageSujet: Re: Les runes vikings   Mer 18 Juin - 5:06

Pomme Golden a écrit:


La Rune Othala


Othala veut dire propriété héritée en vieux germanique. C'est la signification de son nom. En vieil anglo-saxon son nom, ethel, veut dire également propriété héritée. En langue gotique son nom, utal, veut dire patrie, au seins de Heimat (endroit où l'on est chez soi). En vieil anglo-frison, othil veut dire également patrie.

Cette rune indique donc tout ce qui permet d'inclure les notions d'héritage matériel et immatériel. La patrie apparait donc comme un héritage sacré des anciens. Mais il faut bien voir une chose, ce terme de patrie n'était pas vu des anciens comme nous l'entendons de nos jours. Les germains et peut-être encore plus les vikings se sentaient partout chez eux. Ce qui fait que la rune Othala désignait une autre valeur, celle de la vraie patrie aux yeux des anciens, celle du sang. Le sang qui unit des familles et des clans entiers et qui représente l'héritage patriotique le plus noble, celui de la filiation. Othala est donc l'héritage sacré qui unit et qui lie les hommes entre eux. Les textes anciens sont pleins de ces magnifiques poèmes où sont contées des pages entières de filiations et de véritables généalogies sacrées. Ces poèmes sont en fait un hymne à la rune Othala. Ces généalogies remontent souvent jusqu'aux Dieux eux-mêmes. Les généalogies des Dieux, elles aussi ont une origine, un héritage sacré transmis au travers des temps immémoriaux, elles remontent à Ymir l'androgyne... à l'unité originelle, à une époque où l'on ne parlait pas encore de genres différenciés, à l'époque de l'un (masculin et féminin à la fois). Cette androgynité originelle où tout s'équilibrait en une seule force est la mémoire la plus ancienne de Othala.

http://www.lesfilsdodin.com/forum/viewtopic.php?t=974&start=0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tivestives-1.spaces.live.com/default.aspx?wa=wsignin1.0
Neptune
J"installe la quechua, je me sens déjà comme chez moi
J


Masculin Nombre de messages : 62
Age : 36
Localisation : Terre
Date d'inscription : 14/06/2008

MessageSujet: Re: Les runes vikings   Sam 25 Avr - 17:46

Normalement, Dagaz arrive derrière Othalaz.

Cela me fait penser qu'il faudrait que je poste des infos sur les runes. Si vous avez des questions sur une rune ou quelque chose à voir avec les runes je me ferais un plaisir de vous répondre. (Et selon mes connaissance bien sûr). J'entre dans ma 8ème année d'apprentissage runique et je galère toujours autant mine de rien ! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les runes vikings   Aujourd'hui à 1:24

Revenir en haut Aller en bas
 
Les runes vikings
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les runes divinatoires
» Les vikings en Amérique
» Tirage de cartes ou runes Gratuit -suspendu-
» Suite de runes à traduire
» Les runes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aux Frontières du Paranormal - Phénomènes paranormaux :: Arts Divinatoires :: Arts Divinatoires :: Les Runes-
Sauter vers: