Aux Frontières du Paranormal - Phénomènes paranormaux

Forum de discussion autour du paranormal
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Forum
Partenaires
Tchat Blablaland
Meilleurs posteurs
Tives
 
Rick
 
Merin
 
Pomme golden
 
justeuneombre
 
Neptune
 
Homme Curieux
 
torchwood
 
OUTCHY
 
Marie-José
 
Marque-page social
Marque-page social Digg  Marque-page social Delicious  Marque-page social Reddit  Marque-page social Stumbleupon  Marque-page social Slashdot  Marque-page social Furl  Marque-page social Yahoo  Marque-page social Google  Marque-page social Blinklist  Marque-page social Blogmarks  Marque-page social Technorati  

Conservez et partagez l’adresse de Aux Frontières du Paranormal - Phénomènes paranormaux sur votre site de social bookmarking

Conservez et partagez l'adresse de Aux Frontières du Paranormal - Phénomènes paranormaux sur votre site de social bookmarking

Partagez | 
 

 La rune ansuz

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Tives
Fêtons mes 200 posts!!
Fêtons mes 200 posts!!


Masculin Nombre de messages : 866
Age : 48
Localisation : Partout
Date d'inscription : 01/06/2008

MessageSujet: La rune ansuz   Mer 18 Juin - 5:08

Pomme Golden a écrit:
Ansuz :



Mots étymologiquement apparentés: Allemand et Français : les Dieux Ases (appelés Æsir en Anglais, comme en Vieux Norrois).

Krause traduit le mot ansuz par : " Ase, humain épuré par l'expérience ". Bien entendu, cela évoque immédiatement Ódhinn, lui dont l'expérience a été particulièrement dramatique en souffrant neuf jours pendu à Yggdrasil pour gagner la connaissance des runes.

Sa forme est constamment ou sauf dans le poème runique anglais qui introduira trois variantes, pour prendre en compte la variété des voyelles en Vieil Anglais. Nous rencontrerons ces variantes plus tard en les rapprochant d'autres runes.

Le poème islandais utilise des images qui évoquent aussi fortement Ódhinn.

Poème runique islandais :

c'est le vieux créateur,
Le roi d'Ásgardhr,
Le seigneur du Valhöll

Wimmer appelle cette rune óss, et traduit par : " Os (l'ase, Odin) ". En effet, ces trois images sont classiques pour désigner Ódhinn qu'on appelle souvent 'le vieux' dans l'Edda, qui est le roi de la citadelle des Ases, Ásgardhr, et qui est le seigneur incontesté de la Halle des guerriers morts au combat, le Valhöll. D'ailleurs le commentaire latin du Þrideilur Rúna est encore plus explicite en disant : " Os (est) oðiñús (Os (est) oðinn) princeps Gothós (chef des Goths) aúlæ inferiorum imperator (empereur du château des enfers) . Asgarthiæ rex (le roi d'Asgarth). Ainsi, dans ce commentaire, la rune est appelée Os, elle est directement donnée comme représentant Ódhinn, le mot 'dieu' est devenu 'Goth', une façon classique de dire 'homme' (parmi les noms d'Ódhinn, plusieurs contiennent le mot gautr, signifiant 'Goth, homme'), le Valhöll est appelé 'le château des enfers', une christianisation évidente. Le dessin de la rune est aussi un peu différent, elle devient : .

Cette attribution va nous permettre de comprendre le sens des autres poèmes. En effet, Ódhinn est aussi le Dieu chaman par excellence, celui qui effectue des voyages chamaniques comme nous l'avons décrit au chapitre 2. Ces voyages représentent un pouvoir spirituel, qui s'oppose au pouvoir temporel symbolisé par l'épée, comme dans le poème runique viking :
Poème runique viking :

er flestra færða för

(Traduction classique : Embouchure est la voie de presque tous les voyages
Traduction personnelle : l'Ase est le voyage du plus sincère des voyages.
en skalpr er sværða. (Mais le fourreau (est) celui des épées.)

Analyse du premier vers du poème runique viking :

Wimmer appelle cette rune aussi óss, mais traduit par : "Flussmündung ", c'est à dire 'bouche de fleuve', embouchure. En effet, le mot Vieux Norois óss signifie 'bouche de rivière' ou 'dieu' (le mot classique est áss).
Bien entendu, comme je l'ai déjà souvent souligné, cela fait sens, mais enfin, Wimmer lui-même traduit le óss islandais par 'Ase' si bien qu'il paraît hautement malhonnête de traduire le même mot, dans la même langue (Islandais et Norvégiens parlaient tous le Vieux Norrois), représenté par le même dessin, à la même place dans un poème sur le même sujet, par deux mots différents - à moins, peut-être, de s'étendre en explications embarrassées. De plus, les deux mots utilisés, för au nominatif et færða au génitif pluriel signifient tous deux 'voyage' et l'usage de för au sens de 'voie' est inconnu. Cette traduction est universellement utilisée par les universitaires. Malgré tout, je trouve que cela fait beaucoup d'incohérences et c'est pourquoi, cette fois, je rejette franchement la traduction des lettrés en Vieux Norrois, bien qu'ils soient beaucoup plus lettrés que moi sur le sujet, parce que la faute qu'il couvrent est trop grossière. L'expression " le voyage des voyages " peut étonner l'homme moderne, mais n'oublions pas qu'il s'agit de poésie et ce 'voyage des voyages' qu'ils trouvent sans doute incompréhensible signifie évidemment : 'le principal des voyages', c'est une façon assez universelle mettre l'emphase sur un mot. Enfin, le mot fleistr est un superlatif de 'beaucoup' (la traduction 'presque tous' est donc tout à fait normale) mais peut évidemment prendre un sens métaphorique qu'on ne peut pas oublier dans un contexte poétique, celui de 'qui établit une excellente communication' que j'ai traduit par 'le plus sincère'.
Ce premier vers peut ainsi avoir au moins quatre sens que je suppose, comme plus haut, avoir été immédiatement et simultanément compréhensibles aux auditeurs de poésie scaldique, habitués qu'ils étaient à apprécier les contorsions verbales des scaldes.
- Sens 1 : Traduction : " Embouchure est la voie de presque tous les voyages. " C'est une sorte de trivialité, d'autant plus que óss prend tous les sens maritimes de 'embouchure' et, donc, une sortie de port peut être aussi une sorte de óss. Cette traduction exprime une sorte de mépris pour le/la scalde qui a écrit le poème, comme s'il/elle ne pouvait dire que de vagues idioties.
- Sens 2 : Traduction : " Embouchure est la voie du plus sincère des voyages. " Le scalde fait allusion à la coutume nordique de brûler le cadavre de certains membres importants de la communauté sur un bateau qu'on poussait en mer, l'important voyage est alors le dernier voyage.
- Sens 3 : Traduction : " L'Ase (Ódhinn) est le voyage du plus sincère des voyages. " Le scalde fait encore allusion au dernier voyage mais souligne les capacités psychopompes d'Ódhinn. Ces capacités sont spécialisées aux guerriers morts au combat qu'il emmène dans son Valhöll. D'ailleurs, parmi la multitude des noms attribués à Ódhinn, deux correspondent à ce trait : Valfödhr (ou Valfadhr - le père des occis) et Valgautr (le Goth des occis). En fin de compte, on constate que le sens 2 et le sens 3 sont presque équivalents. C'est peut-être une impression que le scalde désirait donner à son lecteur.
- Sens 4 : Même traduction que pour le sens 3. Le scalde peut aussi faire allusion au voyage chamanique nordique, le seidhr, dont Ódhinn était devenu un maître grâce à l'enseignement de Freyja. Selon ce sens, le scalde prétend donc qu'Ódhinn est le medium au travers duquel le seidhr peut prendre place. Il se trouve que je ne suis pas en accord avec cette approche et que je préfère utiliser Freyja comme conductrice du seidhr. Il va sans dire qu'il s'agit ici d'un choix strictement personnel. Je suppose que, inversement, les femmes déjà bien chargées en féminité auront intérêt à utiliser Ódhinn, et c'est peut-être à elles que cette interprétation de ce vers s'adresse, plutôt qu'aux hommes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tivestives-1.spaces.live.com/default.aspx?wa=wsignin1.0
Tives
Fêtons mes 200 posts!!
Fêtons mes 200 posts!!


Masculin Nombre de messages : 866
Age : 48
Localisation : Partout
Date d'inscription : 01/06/2008

MessageSujet: Re: La rune ansuz   Mer 18 Juin - 5:09

Pomme Golden a écrit:
Analyse du second vers du poème runique viking :


Le sens du second vers dépend de celui qu'on a donné au premier.
- Le sens 1 induit une trivialité égale dans le second vers : certes, l'épée circule souvent dans son fourreau, mais ce type d'information ne mérite pas d'être conservé précieusement dans des poèmes sauvés grand'peine du grattoir à parchemin.
- Le sens 2 induit un peu moins de trivialité : le guerrier qui fait son dernier voyage sur un bateau est mort par l'épée et va continuer à faire jaillir l'épée du fourreau au Valhöll où il se prépare au combat final, le Ragnarök.
- le sens 3 est proche du sens 2, et donc induit la même interprétation pour le second vers. En fin de compte, sens 2 et 3 peuvent s'interpréter en donnant le sens suivant au poème runique:

est le dernier voyage du guerrier valeureux
Mais son épée ne restera pas inactive dans la mort.

- le sens 4 est très différent. Il décrit un voyage mystique effectué par un individu vivant. A ce voyage mystique est associé un pouvoir sur les événements de la vie temporelle. Le seidhr, en effet, est utilisé à des fins divinatoires (on parle alors de seidhr oraculaire), ou pour obtenir un résultat dans le monde de la réalité ordinaire - peut-être même en concordance avec l'utilisation des runes. Ce pouvoir peut devenir grisant et nombreux sont les mystiques, qu'ils soient chamans, magiciens ou prêtres qui ont cherché à opposer leur pouvoir mystique au pouvoir temporel, en particulier au pouvoir des armes. Le second vers est alors chargé de faire retomber ces mystiques de leurs hauteurs, en leur rappelant que le pouvoir mystique doit éviter de se heurter de front au pouvoir temporel, et aussi que la réalité magique et la réalité rationnelle doivent coopérer et non pas se distancier. Si bien que j'associerais volontiers deux commentaires un peu différents au second vers du poème. Dans ce cas, le premier vers peut être

est le voyage de la völva et du seiðmaðr,

et le second vers peut rappeler la primauté du pouvoir temporel dans la réalité ordinaire et peut s'énoncer ainsi :

Mais qu'ils n'oublient jamais la force des épées !

Le second vers peut rappeler le nécessaire accord entre rationnel et irrationnel et s'énoncer ainsi :

Mais que la force du pouvoir spirituel s'appuie sur la force de la rationalité!

C'est encore une autre facette d'Ódhinn qui est évoquée dans le poème runique anglais, celle de son pouvoir poétique. Ódhinn est l'homme de l'expression orale parfaite :
Poème runique vieil anglais :

Os (bouche ou dieu) est la source de toute parole,
Le soutien de la sagesse et le confort du sage,
La joie et le délice de tout noble.

La traduction du mot anglo-saxon os par 'bouche' est celle donnée par la plupart des ouvrages savants sur les poèmes runiques, mais il existe quand même quelques universitaires anglophones qui ont fait remarquer l'arbitraire de ce choix qui fait dériver le mot os du Latin, alors qu'il est plus vraisemblable qu'il dérive de la racine germanique ans* qui signifie 'dieu'. Cette sorte d'hésitation est clairement illustrée dans l'ouvrage académique de Maureen Halsall qui traduit os par 'bouche' dans le poème runique Anglo-Saxon alors qu'elle traduit le même mot par 'dieu païen' dans l'Abecedarium Nordmannicum (écrit en Vieux Bas Allemand et sans commentaire, donc os n'a pas 'besoin' d'être traduit par bouche) alors qu'une origine latine est tout aussi improbable pour le os Anglo-Saxon que pour le os Vieux Bas Allemand. Ici aussi, l'interprétation " bouche est source de parole " est profondément méprisante pour le poète capable de sortir de pareilles banalités. C'est pourquoi je me range sans hésitation avec les lettrés qui prétendent que l'Anglo-Saxon os est d'origine germanique. De plus, nous avons vu au chapitre 2 le mythe de l'hydromel de la poésie qui fait d'Ódhinn le dispensateur de la capacité d'expression. Le poème runique vieil anglais fait une claire allusion à ce mythe. De plus, on voit très mal ce que signifient les deux derniers vers si la rune signifie 'bouche', car la bouche n'est certainement pas " le soutien de la sagesse etc. " Par contre, la poésie est le soutien de la sagesse, le délice et la joie de tout(e âme) noble, le confort du sage.

La quatrième strophe du Dit de Hár est elle aussi délicate à comprendre. D'abord, c'est ici Ódhinn qui parle du pouvoir d'Ansuz, donc de sa rune. Quand il était suspendu à l'arbre, il a été " lui-même à lui-même livré ". Sa douloureuse expérience lui a appris à se délivrer de lui-même. C'est ainsi que je crois qu'on doive interpréter cette quatrième strophe :
Quatrième strophe du Dit de Hár :

J'en sais un quatrième :
Si un adversaire me lie
Jambes et bras,
Je chante de sorte
Que je puisse à nouveau me mouvoir,
Les fers tombent de mes jambes,
Les liens sautent de mes poignets.

C'est donc le poème vieil anglais qui souligne sans ambiguïté l'appartenance de Ansuz au groupe des runes de la parole (málrúnar), ces runes dont Sigrdrífa dit à Sigurdhr qu'il faut les connaître pour que personne ne puisse lui " porter un tort quelconque par une haine prolongée " : " heiftum gjaldi harm " (mot à mot : " par des vendettas (te) produire du souci ").
Ces runes de Parole délient les chaînes, elles apportent donc liberté de corps et d'esprit. Ceci fait donc d'Ansuz une rune de la liberté, mais encore plus du détachement, où le mot signifie aussi détachement de soi. En parlant de la magie, dans le dernier chapitre, j'insisterai à nouveau sur l'importance d'un renoncement à son ego pour pratiquer la magie. Ansuz est la rune qui peut aider à cela sans, bien évidemment, lui enlever son caractère de libératrice des liens matériels.
Que cette liberté soit réservée à Ódhinn est tout à fait contredit par un autre témoignage de magie dont nous disposons. Il s'agit du second charme de Mersebourg qui parle des " idisi ", un mot qui désigne évidemment les Dises, dont nous avons dit qu'elles sont la face douce des Nornes.

Il advint que les Idisi furent assises, ici et là,
Certaines levaient les chaînes, certaines arrêtaient l'armée,
Certaines relâchaient les chaînes.
Sautez les liens, partez les mauvais esprits !

On voit aussi que, comme les Valkyries, les Idisi ont un rôle militaire en plus de leur rôle libérateur. Ces témoignages diminuent un peu la sensation de domination absolue que donne le personnage d'Ódhinn et rétablissent un équilibre féminin-masculin qui me paraît si caractéristique de la civilisation germanique antique. Il existe d'ailleurs un autre témoignage de ce pouvoir attribué à une femme, c'est celui de la sorcière Gróa, prononçant une bénédiction à l'intention de son fils qui part en voyage :

Voilà ce que je chante en cinquième pour toi
Si on met des chaînes sur toi
Autour de tes chevilles,
À tes articulations,
Je prononcerai une magie de liberté
Qui fera sauter les liens de tes jambes.

De l'importance des runes de parole

Bien entendu, chaque chant runique a son importance. Il est pourtant remarquable que Snorri Sturluson, dans le Háttatal, où il explique les formes métriques de la poésie scaldique - et non pas la magie des runes - signale, comme une remarque évidente et alors qu'il vient de décrire une forme poétique : " Cette forme est fondamentale pour toute forme de poésie, tout comme les runes de Parole constituent les plus importantes des runes. " On voit que cette allusion ne donne pas tant un 'pouvoir' plus grand aux runes de Parole qu'il ne les montre comme fondamentales et utiles à tous les autres types de runes. Cette importance est attestée très tard, au cours des derniers procès en sorcellerie dont le récit introduit le chapitre 2. En effet, une accusée de 1689, pour se défendre d'avoir jamais été une sorcière, clame : " Je n'ai point de parole !". Ainsi, le rôle de la parole en sorcellerie est encore attesté à l'aube du dix-huitième siècle. Certains diront que j'insiste sur des choses évidentes, mais il y a une différence en ce que vous croyez certain - par exemple, que la parole soit importante en magie - et ce qui est attesté par des traces non contestables puisque, dans les deux cas que je cite et qui sont séparés par quelques cinq siècles, il ne s'agit pas d'un sorcier qui décrit ses prétendus pouvoirs, mais d'un témoin qui exprime une connaissance qui semble partagée par tous.
La remarque de Snorri Sturluson souligne que si vous voulez travailler avec les runes, il ne suffit pas de les graver, éventuellement avec votre sang, mais il faut aussi les prononcer, les clamer. C'est pourquoi j'ai insisté autant sur l'importance du galdr et des incantations dans le volume 1 de ce livre. Mais il faut bien penser que la parole peut aussi détruire la magie. Une parole trop pauvre ou trop emphatique ruinera l'effet que vous recherchez. Le mot qui devrait être normal pour une expression simple, ni grossière ni emphatique est celui de poésie. Mais c'est bien là que se trouve tout le problème : tous n'ont pas bu l'hydromel de la poésie - ou bien ils ont bu ce qui est sorti du derrière d'Ódhinn - et ne croyez pas que je me vante ici : je suis moi-même douloureusement conscient de mon insuffisance poétique, je ne suis pas le seul, c'est tout. Quand on évoque la magie, chacun pense à quelque chose de facile. Détrompez-vous, la magie, c'est aussi 'facile' que la vraie poésie. Beaucoup s'en croient capables, peu y réussissent.

Conclusion

Ansuz est la rune de l'Ase, Ódhinn. Il est intéressant de remarquer que ce témoignage très ancien n'insiste guère sur les qualités guerrières devenues ensuite classiques pour Ódhinn. Il est clair que les détracteurs de la civilisation nordique païenne en font une civilisation de brutes sauvages. Par exemple, tous les films relatifs aux Vikings les présentent ainsi. Plus tôt, déjà Saxo Grammaticus, qui écrivait une trentaine d'années avant Sturluson, et qui lui, visiblement, haïssait les dieux païens nordiques (alors que Sturluson en est un sympathisant, étonnamment et même dangereusement pour lui) parlait ainsi : " Mais où est-il celui qu'on appelle Odin le chercheur de guerres, celui qui toujours ne voit que d'un "il ? " Il présente Ódhinn non seulement comme un guerrier, mais comme un querelleur en quête de guerres.

Cette rune caractérise les nouveaux Dieux, les Ases, dans une sorte d'opposition à Thurisaz, qui représente la force primitive brutale des géants, Uruz qui représente la force plus subtile des géantes, et Fehu qui représente le pouvoir tout en douceur des Vanes.

Ansuz nous présente des traits peu classiques d'Ódhinn et des Ases, leur pouvoir poétique dans la vie, la magie et la mort, leur attachement fondamental à la liberté et leur pouvoir d'accorder cette liberté, leur capacités de liberté intérieure, en particulier cette purification que constitue un détachement de son propre petit moi.
Ansuz évoque Ódhinn et les Ases en tant que Dieux de la poésie, de la parole, de la libération, elle présente Ódhinn comme un apôtre pacifique, presque Bouddhiste, et en néglige tous les aspects agressifs.

http://www.paganisme.fr/paganisme/magie/magie-runique/ansuz.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tivestives-1.spaces.live.com/default.aspx?wa=wsignin1.0
 
La rune ansuz
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les runes liées
» [Info] Signification des runes
» [Help] Rune du berserk.
» Tirage 1 rune / 25 : réponse à la question du moment
» se faire tatouer une rune

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aux Frontières du Paranormal - Phénomènes paranormaux :: Arts Divinatoires :: Arts Divinatoires :: Les Runes-
Sauter vers: