Aux Frontières du Paranormal - Phénomènes paranormaux

Forum de discussion autour du paranormal
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Forum
Partenaires
Tchat Blablaland
Meilleurs posteurs
Tives
 
Rick
 
Merin
 
Pomme golden
 
justeuneombre
 
Neptune
 
Homme Curieux
 
torchwood
 
OUTCHY
 
Marie-José
 
Marque-page social
Marque-page social Digg  Marque-page social Delicious  Marque-page social Reddit  Marque-page social Stumbleupon  Marque-page social Slashdot  Marque-page social Furl  Marque-page social Yahoo  Marque-page social Google  Marque-page social Blinklist  Marque-page social Blogmarks  Marque-page social Technorati  

Conservez et partagez l’adresse de Aux Frontières du Paranormal - Phénomènes paranormaux sur votre site de social bookmarking

Conservez et partagez l'adresse de Aux Frontières du Paranormal - Phénomènes paranormaux sur votre site de social bookmarking

Partagez | 
 

 Les extraordinaires expériences d'Eva C.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Merin
Modérateur
Modérateur


Masculin Nombre de messages : 211
Age : 35
Localisation : France
Date d'inscription : 14/06/2008

MessageSujet: Les extraordinaires expériences d'Eva C.   Jeu 19 Juin - 16:19

Organisées à partir de 1917, dans le laboratoire du Dr Geley, ces séances confirmeaient des résultats analogues obtenus à la Society for Psychical Research de Londres. Voici quel était le contrôle des expériences :
La salle fermée à clef dans l'intervalle des séances était visitée chaque fois avant et après les expériences. Cette salle ne contenait que des chaises à claire-voie et un cabinet noir amovible.
Ce cabinet noir était clos de toutes parts, sauf sur un de ses côtés, fermé de deux rideaux sur tringles. Le cabinet noir aux rideaux toujours entrouverts protégeant le médium contre la lumière, permettait un bon éclairage de la salle.
Eva, assise sur un fauteuil dans le cabinet noir, avait les deux mains tenues par les contrôleurs. Les rideaux n'étaient jamais fermés. le cabinet noir était visité avec le plus grand soin.
Eva avait été désabillée entièrement dans une salle voisine, avant les séances. On la revêtait d'un maillot noir complet que l'on cousait dans le dos et aux poignets. Chevelure et bouche étaient examinées avec soin. Une fois que la toilette du sujet était terminée, le Dr Geley prenait Eva par les mains et la faisait asseoir dans le fauteuil d'osier.
À la lueur de la lumière blanche, les expérimentateurs pouvaient lire des lettres un peu grosses et l'heure. Pour les photographies, on disposait de lampes électriques rouges de 30 à 60 bougies.
Voici une séance type. Celle du 11 janvier 1918 à 17 heures. :
Mme Bisson tient la main droite, le Dr Geley la gauche. Il y a une forte lumière rouge.
Vient la transe, et le phénomène se développe sous les yeux des contrôleurs.
Les deux mains d'Eva sont bien en vue. Entre le pouce gauche et le pouce droit qui étaient en contact, se forme une membrane qui les relie l'un à l'autre. Eva écarte les mains l'une de l'autre. La membrane s'allonge, mais elle grossit au lieu de s'amincir. Bientôt, cette membrane, qui s'est renforcée considérablement, forme comme une frange. Avec l'éclair électrique de l'appareil Courtier, le Dr Geley prend deux clichés. Au milieu de la masse ectoplasmique, apparaissent deux doigts, index et médius, bien formés avec leurs ongles. Ils sont vivants, mais d'une température au-dessous de la normale.
La durée du phénomène est d'un quart d'heure.
Cinq minutes plus tard, les doigts reparaissent, sans accompagnement de substance amorphe. Ils disparaissent une seconde fois. Entre les deux mains se trouve une masse de la grosseur d'une noix.
Eva gémit : « C'est un visage ». Mais rien n'apparaît.
La séance a duré une heure et quart.
Le 12 février, on organise une autre séance, intéressante à divers point de vue.
Eva, qui est bien disposée, déclare en arrivant que, depuis 24 heures, elle sent près d'elle la présence d'une femme qui veut se montrer.
Dès qu'elle est endormie, elle geint, pousse des cris analoques à ceux d'une femme en couches, mais rien n'apparaît et tout se calme. Cependant, tout à coup, une tête de femme est visible à l'ouverture des rideaux. Elle est à la hauteur normale d'une femme debout. Le visage est très beau, si beau que le Dr Geley oublie de le photographier! Puis la tête disparaît et reparaît, de grandeur toujours variable, comme pour établir l'authenticité du phénomène. La tête, réduite des deux tiers, vient se placer devant la poitrine d'Eva. L'éclair jaillit.
La vie intense de l'apparition et la variation de volume excluent absolument l'idée de tout truquage.
Il est à noter qu'au même moment, M. Le cour, qui assistait aux séances dirigées par Geley, recevait dans un cercle de banlieu des communications données comme émanant de Mlle Saint-Amaranthe, célèbre par sa beauté, guillotinée par Robespierre, et affirmait que cette entité apparaissait dans le laboratoire du Dr Geley.
Plusieurs preuves d'identification ont été fournies, notamment des propos tenus par la condamnée au moment du supplice, ainsi que l'adresse d'un château de Vendée ou se trouvait effectivement le portrait de la défunte.
Ses convictions antispirites ont empêché le Dr Geley de s'intéresser à ces communications.
En tout cas, Plusieurs clichés stéréoscopiques, pris par M. Le Cour dans le laboratoire du Dr Geley, montrent que l'apparition portait la cocarde dans les cheveux et une coupure au cou qui fait songer à la guiillotine.
La séance suivante, du 26 février, voyait apparaître un visage ressemblant étroitement à celui de la séance du 12. Tous les modes de matérialisation semblent employés :
1) Un visage de grandeur naturelle se montre, mais il est éphémère.
2) Un brouillard se forme autour du médium, et le visage se constitue aux dépens de ce brouillard.
3) Un cordon de substance sort de la bouche d'Eva, il est large de deux doigts. Le cordon descend sous le menton, à gauche. Son extrémité se renfle et donne naissance à un visage.
De nouveau, l'éclaire jaillit, donne un sursaut au médium, et le visage apparu remonte un peu plus haut que l'oreille du médium. C'est le même visage que lors de la séance précédente, mais il est son agrandissement. On pouvait remarquer la beauté du regard, mais aussi le réseau de lignes géométriques, en toile d'araignée, constituant la trame de la formation ectoplasmique et qui est nettement visible sur l'agrandissement.
Des photographies stéréoscopiques, prises en même temps que les clichés, démontraient que la forme matérialisée avait bien les trois dimensions, sauf au bas du visage, qui semblait plat..
La séance du 1er mars est en tous points semblable aux précédentes, mais le visage apparu est vu sur l'autre profil. Pour en terminer avec Eva C., voici le procès-verbal de la séance du 11 mars 1918, intéressant par sa précision et rédigé par le Dr Geley.
"Pendant toute cette séance, le rideau est resté constamment entrouvert, et j'ai pu observer toute la genèse du phénomène..
Après une attente de trois quarts d'heure, la transe douloureuse commence..
Tout à coup, je vois un petit brouillard de la dimension d'une orange, qui flotte à côté du médium. Le brouillard se fixe sur la poitrine d'Eva. C'est d'abord comme une tache vaporeuse, peu marquée. Puis la tache grossit lentement, s'étale en s'épaississant. Sa visibilité s'accroît, diminue, s'accroît encore. Puis la tache se déplace, de gauche à droite, de droite à gauche.
Enfin, sous l'observation directe, on voit se creuser les traits et les reliefs d'un petit visage. Bientôt, c'est une tête bien formée, entourée comme d'un voile fin. Cette tête ressemble à celle des précédentes séances. Je l'observe en bas de la tête d'Eva, sur ses genoux, entre ses mains. A plusieurs reprise elle disparaît instantanément et reparaît. A la fin, elle se résorbe dans la bouche du médium.
Soudain, Eva s'écrie: "Cela change, c'est la force!" Les assistants perçoivent des coups à travers le rideau. (Les mains et genoux du sujet sont vus et tenus.)"
Ce qui est intéressant ici, c'est le passage brusque de la matérialisation à une modalité invisible de l'énergie: La force..
Un des auteurs a eu l'occasion de voir ces clichés: ils sont hallucinants. La tête est admirable, bien qu'étoilée de fils légers comme ceux d'une toile d'araignée. Or, ces toiles d'araignée, je les recevais en plein visage, le lendemain même de la mort de mon mari. Ceux qui en doutaient les recevaient à leur tour, à leur grand effarement. Ce n'est qu'en parlant avec un docteur de l'institut Pasteur que j'appris que l'étincelle électrique laissait, sur un cliché, l'image d'une toile d'araignée. Tout comme notre corps biopsychique, selon les travaux de Charles Henry.

Voir photographies ci-contre : http://afdpparano.discutforum.com/photos-videos-f18/spiritisme-experiences-avec-medium-t297.htm



Source : http://membres.multimania.fr/mysteres/eva_c.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://danmarchinthemix.wifeo.com
 
Les extraordinaires expériences d'Eva C.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les manœuvres extraordinaires des ovnis pourquoi/comment?
» Images et peintures extraordinaires(du Christ)
» Livres : "Aventures extraordinaires d'un savan"
» emission de tele : enquêtes extraordinaires
» "Enquêtes Extraordinaires"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aux Frontières du Paranormal - Phénomènes paranormaux :: Spiritisme et TCI :: Spiritisme et TCI :: Divers-
Sauter vers: