Aux Frontières du Paranormal - Phénomènes paranormaux

Forum de discussion autour du paranormal
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Forum
Partenaires
Tchat Blablaland
Meilleurs posteurs
Tives
 
Rick
 
Merin
 
Pomme golden
 
justeuneombre
 
Neptune
 
Homme Curieux
 
torchwood
 
OUTCHY
 
Marie-José
 
Marque-page social
Marque-page social Digg  Marque-page social Delicious  Marque-page social Reddit  Marque-page social Stumbleupon  Marque-page social Slashdot  Marque-page social Furl  Marque-page social Yahoo  Marque-page social Google  Marque-page social Blinklist  Marque-page social Blogmarks  Marque-page social Technorati  

Conservez et partagez l’adresse de Aux Frontières du Paranormal - Phénomènes paranormaux sur votre site de social bookmarking

Conservez et partagez l'adresse de Aux Frontières du Paranormal - Phénomènes paranormaux sur votre site de social bookmarking

Partagez | 
 

 Combustion spontanée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Tives
Fêtons mes 200 posts!!
Fêtons mes 200 posts!!


Masculin Nombre de messages : 866
Age : 48
Localisation : Partout
Date d'inscription : 01/06/2008

MessageSujet: Combustion spontanée   Ven 20 Juin - 4:11

Londres. 1982, quartier d’Edmunton.

Dans sa cuisine, Jean Saffin, une handicapée de 61 ans, s’est endormie sur sa chaise en bois.

Son père et son beau-fils sont dans la pièce voisine lorsque soudain, ils s’aperçoivent que le visage et les mains de Jean ont subitement pris feu !

Les deux hommes se précipitent, et approchent Jean du lavabo le plus proche pour l’asperger d’eau. Jean est éveillée, consciente de ce qui se passe, mais ne crie pas.

Les secours arrivent et emportent la vieille dame, qui ne semble pas atteinte par ces brûlures.
Pourtant, huit jours plus tard, l’état de Jean se détériore et elle décède à l’hôpital.

Le médecin légiste confie à la famille qu’il pense avoir affaire à un cas de combustion spontanée mais, par peur du ridicule, décide de ne pas l’inscrire au rapport.

Soudain le feu
Depuis la nuit des temps circulent des légendes de combustion humaines spontanées.

Au Moyen Age, on y voyait, au choix, la manifestation vengeresse de Dieu ou du Diable.
En 1763, le français Jonas Dupont s’intéresse à l’affaire Nicole Millet, dans laquelle un mari fut acquitté du meurtre de son épouse lorsque la Cour conclut à la combustion spontanée de la victime.

Dupont décide de notifier ces cas étranges dans son ouvrage De Icendiis Corporis Humani Spontaneis, sans pour autant avoir la moindre explication.

Parmi ces cas, celui de la comtesse italienne Cornelia di Brandi.

Cette femme de 61 ans fut retrouvée, le matin du 4 avril 1731, carbonisée sur son lit.

Le corps de la comtesse n’était plus qu’un tas de cendres, à l’exception des ses bras, intacts, et d’une portion de la tête.

Tout autour, aucun objet, pas même le lit, n’avait subit les effets du feu.

Longtemps, on imaginera que de tels phénomènes étaient dus à une colère excessive des sujets ou à une trop grosse consommation d’alcool.

L’affaire Reeser

Ce n’est qu’au XX ème siècle que ces cas, de plus en plus répertoriés, prennent une tournure scientifique.

L’affaire Mary Reeser en est un exemple célèbre, dans la mesure où le FBI
mena cette étrange enquête.



Le 1er juillet 1951, Mary Reeser dit bonsoir à sa voisine ainsi qu’à son fils le Dr Richard Reeser.
Durant la nuit, la voisine sent une odeur de brûlé mais ne s’en inquiète pas.

Le lendemain, en voulant rendre visite à Mme Reeser, la voisine manque de se brûler avec la poignée de porte.

Paniquée, elle alerte deux ouvriers qui l’aident à défoncer la porte.

De la maison se dégage une forte chaleur.

Pourtant, à l’intérieur, rien n’est brûlé à l’exception d’une toute petite portion, l’endroit où se trouvait la chaise de Mary Reeser.

Cette dernière n’est plus qu’un tas de cendres, à trois macabres exceptions près : son pied est intact et toujours chaussé, son foie est à peine atteint et... son crâne a été réduit à la taille d’un pamplemousse !



Policiers, pompiers et pathologistes n’en reviennent pas.

Un crâne qui brûle a tendance à se dilater plutôt qu’à rétrécir.

Tout aussi étrange, les murs sont recouverts d’une couche de suie, mais uniquement au-dessus d’1,50m.

Au-dessous, à l’exception d’une zone où repose Mary, aucun dommage.

Dans les pièces voisines, un miroir craquelé, un gobelet en plastique et deux bougies ont fondu, et c’est tout !

La chaleur semble s’être comportée de manière sélective, mais surtout, comme en témoignent les restes de Mary, elle aurait dû excéder les 1600 degrés (sans parler du fait que la victime n’a pas crié).

Le FBI passera plusieurs semaines à interroger tout les experts, sans parvenir à la moindre conclusion « raisonnable ».

Rien n’explique une telle explosion de chaleur sur une zone circulaire aussi parfaitement délimitée (sans parler du pied intact).

Le FBI conclura, à contrecœur, à un incendie dû à une cigarette non éteinte, mais les détectives chargés de l’enquête feront publiquement connaître leur désapprobation.


Un début d’explication


Un des rares scientifiques à oser se frotter au phénomène fut le Dr John de Haan, de l’institut de Criminologie de Californie.

Partant sur l’hypothèse que la graisse humaine pouvait se consumer lentement, à la manière d’une bougie, il tenta l’expérience sur des corps de cochons (dont la consistance est proche de la chaire humaine).

Dans un environnement contrôlé, il démontra en 5 heures, le corps de la bête avait été réduit à un état proche de celui où furent découvertes tant de victimes de combustion spontanée.

Les membres laissés intacts, comme les pieds (du fait de leur manque de graisse), et l’environnement non atteint par le feu, témoignaient des effets particuliers de combustion lente.

Mais le médecin est très formel : pour que ce type de combustion puisse se développer, il faut que le sujet soit totalement inconscient, voire tout simplement mort, avant que la combustion ne se déclare.

Mystère

Partiellement satisfaisante, cette expérience n’explique pourtant pas certains cas comme celui du crâne de Mary Reeser, et encore moins les combustions spontanées qui se sont déroulées devant témoins, ceux-ci insistant sur e caractère brusque de l’évènement.

Il semble donc que, pour un temps encore, des pompiers soient condamnés à tomber occasionnellement sur ces découvertes macabres.

Fort heureusement, avec seulement une trentaine de cas dûment répertoriés au XXe siècle, ces combustions spontanées sont très rares.

D'autres photos (âmes sensibles s'abstenir)





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tivestives-1.spaces.live.com/default.aspx?wa=wsignin1.0
Tives
Fêtons mes 200 posts!!
Fêtons mes 200 posts!!


Masculin Nombre de messages : 866
Age : 48
Localisation : Partout
Date d'inscription : 01/06/2008

MessageSujet: Re: Combustion spontanée   Ven 20 Juin - 4:12

Quelques éléments récurrents dans les cas de combustion spontanée :

· Les victimes ne crient pas. Elles sont inconscientes, ou mortes, ou encore passives.

· L’environnement n’est pas atteint par le feu.

· Il est fréquent qu’un pied (et non les deux !) soit intact.

· La chaleur est suffisamment élevée pour réduire les os en poudre.

· Aucun lieu, appartement, voiture, bateau, extérieur, ne semble prémunir.

· Curieusement, beaucoup de victimes sont des médecins ou du personnel médical.

· Le phénomène atteint toutes les tranches d’âge.

· Cas particuliers : le 13 mars1966, trois cas de combustion eurent lieu aux Etats-Unis au même instant, et à une parfaite équidistance les uns des autres (544 km).


Cas social

En 1852, l’écrivain Charles Dickens fait paraître le roman Bleak House, saga réaliste sur la corruption de la société londonienne.

Dans un des chapitres, un personnage d’alcoolique, Krook, meurt d’une combustion spontanée.

Dickens relaye ainsi la croyance populaire qui attribue à l’alcool ces morts étranges.

Le philosophe et critique Georges Henry Lewes fait paraître un article dans The Leader, où il accuse Dickens de propager les superstitions, alors que l’auteur se voudrait un militant humaniste.

Dans la préface de la seconde édition, Dickens fait alors savoir qu’il a étudié ces phénomènes de « combustion humaine spontanée ».

Il cite le cas de la comtesse Cornelia di Bandi, l’affaire Nicole Millet, et trente autres cas répertoriés, provoquant un véritable intérêt universitaire à ce qu’on désignait comme « superstition ».
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tivestives-1.spaces.live.com/default.aspx?wa=wsignin1.0
Tives
Fêtons mes 200 posts!!
Fêtons mes 200 posts!!


Masculin Nombre de messages : 866
Age : 48
Localisation : Partout
Date d'inscription : 01/06/2008

MessageSujet: Re: Combustion spontanée   Ven 20 Juin - 4:12

Tives a écrit:
... Et les victimes ont aussi tendance a avoir beaucoup aimé l'alcool. Pas tous, mais dans plusieurs cas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tivestives-1.spaces.live.com/default.aspx?wa=wsignin1.0
Tives
Fêtons mes 200 posts!!
Fêtons mes 200 posts!!


Masculin Nombre de messages : 866
Age : 48
Localisation : Partout
Date d'inscription : 01/06/2008

MessageSujet: Re: Combustion spontanée   Ven 20 Juin - 4:13

Pomme Golden a écrit:
Sachant que le corps humain n'est quand même pas un excellent combustible, ça reste bizarre tout de même.... scratch
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tivestives-1.spaces.live.com/default.aspx?wa=wsignin1.0
Tives
Fêtons mes 200 posts!!
Fêtons mes 200 posts!!


Masculin Nombre de messages : 866
Age : 48
Localisation : Partout
Date d'inscription : 01/06/2008

MessageSujet: Re: Combustion spontanée   Ven 20 Juin - 4:13

Guan a écrit:
Tout est relatif.
L'eau n'est pas combustible, pourtant, mélangé a du petrole, elle prend feu aussi.
L'alcool, la graisse humaine et certains gaz sont très inflammable, une coupure dans la peau tombant sur une masse graisseuse, une petite cigarette qui tombe dessus, et pshouf, terminé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tivestives-1.spaces.live.com/default.aspx?wa=wsignin1.0
Tives
Fêtons mes 200 posts!!
Fêtons mes 200 posts!!


Masculin Nombre de messages : 866
Age : 48
Localisation : Partout
Date d'inscription : 01/06/2008

MessageSujet: Re: Combustion spontanée   Ven 20 Juin - 4:14

Pomme Golden a écrit:
Guan a écrit:
Tout est relatif.
L'eau n'est pas combustible, pourtant, mélangé a du petrole, elle prend feu aussi.
L'alcool, la graisse humaine et certains gaz sont très inflammable, une coupure dans la peau tombant sur une masse graisseuse, une petite cigarette qui tombe dessus, et pshouf, terminé.

Oui mais le corps en lui même est un très mauvais combustible, il prend beaucoup de temps à brûler... re scratch
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tivestives-1.spaces.live.com/default.aspx?wa=wsignin1.0
Tives
Fêtons mes 200 posts!!
Fêtons mes 200 posts!!


Masculin Nombre de messages : 866
Age : 48
Localisation : Partout
Date d'inscription : 01/06/2008

MessageSujet: Re: Combustion spontanée   Ven 20 Juin - 4:14

Pomme Golden a écrit:
Bon quelques causes de ce phénomène , à nous de faire le tri :

[i]NOTIONS SCIENTIFIQUES


Dans des circonstances normales, le corps humain prend feu très difficilement, surtout quand il est en vie. Pour qu'un corps soit réduit à un tas de cendres, il faut une chaleur intense et régulière pendant des heures. De fait, dans les crématoires il faut de longues heures au feu intensif pour calciner la chair d'un corps humain. De plus, après une incinération, les os - quasi intacts - doivent être broyés. Selon le docteur Wilton M. Krogman, un anthropologue légiste de l'école de médecine de l'université de Pennsylvanie, il faut une température d'au moins 1650 °C pour pulvériser un os humain.

DIFFÉRENTES HYPOTHÈSES ÉMISES

Hypothèse d’une force inconnue

Dans le cas des 3 combustions spontanées dans la même journée, certains enquêteurs ont avancé l’explication que « ce jour-là, une force inconnue aurait planté sur la Terre une sorte de trident aux pointes de feu ! »

Hypothèse de l’absorption prononcée d’alcool

Suite au cas de mademoiselle Thaus (mentionné ci-haut) qui aurait absorbé plusieurs litres de vin et un litre de cognac, le médecin légiste américain, docteur Dixon Mann, a émit l'hypothèse selon laquelle les cas de combustion humaine spontanée pourraient s’expliquer par l'état d'imbibition alcoolique particulièrement prononcé des victimes. Une étincelle suffirait alors à les enflammer. Hors, et le docteur Mann le reconnaîtra lui-même, de nombreux autres cas de combustion spontanée concernent des personnes qui ne buvaient que de l'eau.

Hypothèse de la dissolution physique

Certains scientifiques ont poser l’hypothèse d’une sorte de " dissolution " physique, consécutive à la prise de certains médicaments. Hors, suivant cette proposition, il faudrait admettre que les hommes d'aujourd'hui consomment les mêmes substances chimiques que ceux d'il y a deux siècles. Par ailleurs, les enquêtes relatives aux cas de combustions humaines spontanées ont souvent montré que les victimes ne suivaient aucun traitement au moment des faits.

Hypothèses de la punition divine

Pour nier le phénomène, au XIXème siècle on a d'abord avancé qu'il ne touchait que les alcooliques et qu'il était une punition divine. Ce qui n'expliquait pas du tout une combustion aussi rapide et aussi respectueuse de l'environnement. De plus, il a été prouvé expérimentalement que la chair imbibée d'alcool cesse de brûler quand il ne reste plus d'alcool.

Hypothèse de la proximité de la cheminée

Selon cette hypothèse, les victimes avaient pris feu tout naturellement, en s'approchant trop d'une cheminée. Cependant, cela n'explique pas la moitié des cas du passé et encore moins ceux d'aujourd'hui.

Hypothèse du rayon de la mort

Une hypothèse du «mystérieux rayon de la mort » à été émise. Cependant, elle n'explique ni les combustions spontanées du XVIIIème siècle, ni les " suicide psychique " ; elle ne rend pas compte, non plus, de tous les cas.

Hypothèse de la courbe géomatique de la Terre

Les tenants de cette hypothèse relatent que les cas de combustion humaine spontanée augmentent quand la courbe géomagnétique de la Terre est à son maximum. Cette courbe varie considérablement en fonction de l'activité solaire. Cela semblerait indiquer que les combustions humaines spontanées sont le résultat d'une chaîne d'événements complexes, d'une interaction entre certaines conditions astronomiques bien spécifiques et l'état physique d'un individu. Ces conditions pourraient être, à leur tour, les pré-conditions de l'apparition des "boules de feu ". Cette hypothèse avait été envisagée à propos du cas de Mme Reeser (mentionné plus haut), retrouvée brûlée sur un tapis intact, tandis qu'une étrange boule de feu tournoyait au-dessus de son cadavre. Ces "boules de feu", si on se fit à plusieurs physiciens, pourraient dégager une énergie immense, qui produirait des ondes radio identiques à celles d'un four à micro-ondes. Suivant cette hypothèse, les combustions spontanées à l'intérieur de vêtements intacts deviennent possibles. Elles seraient dues à la présence de boules de feu à proximité du corps (ou bien dans le corps), ou alors à l'action d'un gigantesque champ d'ondes radioactives, qui aurait formé une boule de feu s'il n'y avait pas eu un corps à consumer. Ces "boules de feu " étant un phénomène naturel et, puisqu’elles sont capricieuses, on peut les tenir pour la cause la plus probable des combustions humaines spontanées : elles expliqueraient également le cas des victimes brûlées de l'intérieur… sans toutefois donner une clé du phénomène.

Hypothèse de l’état psychique et physiologique de la victime

Comme mentionner plus haut , l’âge et le sexe de la victime comptent moins que son état psychique et physiologique. Par ailleurs, la victime qui est le plus souvent une personne seule, sédentaire, diminuée par la maladie ou par une sorte de dépression, est aussi sujette à la peur et au désespoir. Tout cela peut affecter psychosomatiquement le corps et changer son métabolisme, en provoquant, entre autres, un déséquilibre en phosphagènes et un comportement anormal des mécanismes régulateurs de la chaleur du corps. En soi, ce phénomène n'aurait donc rien d'extraordinaire, ni même d'inexpliqué. Si, en plus, quelques jours après une période d'intense activité des taches solaires, un orage magnétique fait monter très haut le champ magnétique de la localité ou réside la victime, il ne manque plus qu'une étincelle (un rayon cosmique, une poussée naturelle d'énergie à basse fréquence ou la foudre) pour déclencher un "feu de joie " humain.

Hypothèse des feux du suicide

Plusieurs auteurs qui se sont intéressés à la combustion humaine spontanée ont remarqué que beaucoup de victimes semblaient avoir renoncé à la vie, par misère ou par désespoir. Dans certains cas, sans aller aussi loin que les bonzes protestataires, certaines personnes pourraient relâcher, dans une sorte de conflagration fatale, les énergies physiques et psychiques de leur corps. Ce serait donc une sorte de suicide psychique qui serait à la base des combustions humaines spontanées.

Hypothèse de la boule de feu humaine

Cette hypothèse fait appel à la capacité du corps de produire certain gaz facilement inflammable en présence d'oxygène. Le baron Karl von Reichenbach a ainsi parler des "miasmes de putréfaction" du corps humain. Cependant, l'existence de tel gaz n'a jamais pu être prouvé, ni chez les malades, ni chez les bien portants, ni même sur un corps en état de putréfaction.

Hypothèse de gaz provenant du corps

Dans leur traité de médecine légale et de toxicologie, Dixon Mann et W A. Brend rapportent le cas d'un homme gras mort deux heures après son admission à l'hôpital, en 1885. Le lendemain, son cadavre était gonflé, la peau tendue. Il paraissait empli de gaz, mais sans aucun signe de décomposition : "Quand on procéda à des ponctions, écrivent les auteurs, le gaz s'échappa et brûla comme s'il avait été de l'hydrogène. Douze flammes brûlaient en même temps. Si l'homme était mort chez lui, près d'un feu, on aurait eu un autre cas de combustion humaine spontanée." Le problème est qu’on ne peut vivre avec une telle quantité de gaz dans le corps, sinon à l'article de la mort. Or toutes les victimes de combustions spontanées semblaient bien portantes avant l'accident. Soulignons également que, dans un tel cas, les vêtements ne seraient pas retrouvés intacts.

Hypothèse des dysfonctions organiques ou mécaniques du corps

Yvan Sanderson et, avant lui, Vincent Gaddis ont fait des recherches sur la synthèse des phosphagènes dans les tissus musculaires, et en particulier sur la vitamine B10, indispensable à l'approvisionnement du corps en énergie. Ils rapportent que "Le phosphagène est un composé semblable à la nitroglycérine et de formation endothermique. On peut le trouver en grande quantité chez certaines personnes sédentaires, à tel point que leur corps devient combustible comme de la poudre mouillée." Cela peut expliquer comment certains corps s'enflamment facilement. Reste à identifier ce qui les fait s'enflammer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tivestives-1.spaces.live.com/default.aspx?wa=wsignin1.0
Tives
Fêtons mes 200 posts!!
Fêtons mes 200 posts!!


Masculin Nombre de messages : 866
Age : 48
Localisation : Partout
Date d'inscription : 01/06/2008

MessageSujet: Re: Combustion spontanée   Ven 20 Juin - 4:15

N-Neptune a écrit:
Je suis désolé d'écrire cela,mais n'y a t-il pas d'informations qui prouveraient que cette dame a voulu se "soulager" et qu'elle n'a pas vu la bougie qui se trouvait derrière elle?

oui je sais! :142:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tivestives-1.spaces.live.com/default.aspx?wa=wsignin1.0
Tives
Fêtons mes 200 posts!!
Fêtons mes 200 posts!!


Masculin Nombre de messages : 866
Age : 48
Localisation : Partout
Date d'inscription : 01/06/2008

MessageSujet: Re: Combustion spontanée   Ven 20 Juin - 4:15

Pomme Golden a écrit:
Je n'y peux rien.... Laughing

les scientifiques ont du mal à vouloir s'expliquer sur ce genre de phénomène, alors tous le monde y va bon train de sa peite (voilà un effet secondaire du test de bichonne lol! ) hypothèse.... lol!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tivestives-1.spaces.live.com/default.aspx?wa=wsignin1.0
Tives
Fêtons mes 200 posts!!
Fêtons mes 200 posts!!


Masculin Nombre de messages : 866
Age : 48
Localisation : Partout
Date d'inscription : 01/06/2008

MessageSujet: Re: Combustion spontanée   Ven 20 Juin - 4:16

Tives a écrit:
Et les animaux? Y a-t-il des cas de combustion spontanée d'animaux?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tivestives-1.spaces.live.com/default.aspx?wa=wsignin1.0
Homme Curieux
J"installe la quechua, je me sens déjà comme chez moi
J


Masculin Nombre de messages : 57
Age : 44
Localisation : Banlieue Parisienne
Date d'inscription : 16/06/2008

MessageSujet: Re: Combustion spontanée   Ven 20 Juin - 11:28

La combustion spontanée

Dans le phénomène fréquemment attesté de la combustion humaine spontanée, le corps d’un individu s’enflamme et brûle, sans contact décelable avec une source de feu extérieur.
Des cas de combustion humaine spontanée sont signalés dans des rapports médicaux dès le 17è siècle.
La médecine moderne, dans sa grande majorité, nie la notion de combustion spontanée. Entre les sceptiques qui usent d’arguments très rationnels mais peu satisfaisants et les partisans de la combustion spontanée qui y voient une manifestation surnaturelle, le débat est vif mais souvent peu constructif.
Comme toujours, j’ai abordé ce dossier sans a priori en essayant d’effectuer une synthèse des faits connus.

La combustion spontanée : vrai et faux

Les cas de combustion spontanée d’êtres humains sont nombreux dans tous les pays. En l’espace de 400 ans, plus de 200 cas ont été consignés.
Il est bon de rétablir certaines vérités afin de pouvoir travailler sur des bases solides en se servant des statistiques récentes :

Seuls les individus alcooliques sont victimes de la combustion spontanée : Faux. Beaucoup de victimes ne buvaient pas.
Autrefois, on croyait que ce sort était réservé aux femmes alcooliques, corpulentes et d’un âge avancé. On y voyait là l’effet d’un châtiment divin.

Les personnes souffrant d’un excès de poids sont les principales victimes : Faux. Beaucoup de victimes étaient maigres.
La graisse humaine est exothermique c’est-à-dire qu’en brûlant elle dégage assez de chaleur pour entretenir sa propre combustion (rapport de D.J Gee spécialiste de médecine légale). Nous reviendrons sur cet argument avancé par les sceptiques.

Les victimes sont toutes d’un certain âge : Faux. Parmi elles, on compte des enfants. En fait, les âges s’échelonnent de l’enfance à 114 ans. La plus jeune victime avait 4 mois.

Les victimes sont mortes à proximité d’un feu : Vrai et Faux. Certaines victimes sont mortes à proximité d’un feu, d’autres au volant de leur voiture ou au cours d’une simple promenade, dans un environnement dépourvu de toute source d’ignition (source de chaleur).

Seuls les corps se sont consumés laissant intact l’environnement proche : Vrai et faux. Dans de nombreux cas, à part le corps, rien ne semblait brûler dans la pièce du drame.
Par exemple, dans le cas de ce bébé de 11 mois, mort en 1939, un véritable embrasement se déclancha dans la nursery et pourtant c’est à peine si quelques meubles furent touchés par le feu.
Dans le cas devenu célèbre de Mrs Reeser en 1951, il y a avait une zone carbonisée d’environ 1,20 m de diamètre. Le fauteuil était calciné ainsi qu’une table voisine. Une poutre du plafond était également touchée par le feu.

En 1964, une ancienne actrice, Olga Worth Stephens, était assise dans sa voiture garée quand elle se changea subitement en torche humaine. Dans la voiture, intacte, dirent les pompiers, rien n’avait pu provoquer le feu.

Les cas célèbres de combustion spontanée

Il est impossible de relater tous les cas mais certains sont particulièrement intéressants. J’ai choisi des cas consignés au 20è siècle car ils me semblent moins sujet à controverse et ont fait l’objet de rapports officiels.

1938 : Mrs.Mary Carpenter périt lors d’une croisière au large de Norfolk sous les yeux de son mari et de ses enfants.
Engloutie dans les flammes, elle fut en un instant réduite à l’état de cadavre carbonisé. Personne d’autre ne fut brûlé et le bateau ne subit aucun dégât.

1952 : Une voisine appela les pompiers en voyant de la fumée sortir de l’appartement de Glen B.Dennery (Louisiane). Les pompiers trouvèrent le corps en feu.
Le lieutenant des pompiers déclara :

« L’homme gisait sur le sol, derrière la porte, dans un buisson de flammes. Dans la pièce, absolument rien d’autre ne brûlait. L’homme était mort. J’ignore ce qui permettait au feu d’être si intense. »

Cet homme ne fumait pas et aucune trace de liquide inflammable n’a été retrouvée.

Mais, le plus surprenant dans ce cas c’est que la victime s’était ouverte les poignets ; on retrouva le couteau ensanglanté dans la cuisine. Denney était déprimé. On supposa donc qu’il s’était suicidé en se coupant les deux artères puis brûlé pour plus de sûreté.
Malheureusement, les faits réfutaient cette conclusion. En effet, aucun bidon d’essence ne fut retrouvé et même pas une boite d’allumettes.

1953 : Le corps de Waymond Wood fut découvert « noir et grillé » sur le siège avant de sa voiture fermée en Caroline du Sud.
Il ne restait presque plus rien de l’homme. La voiture était intacte à part le pare-brise boursouflé et affaissé par l’intensité de la chaleur.

1973: Un bébé de 7 mois et la poussette dans laquelle il était assis prirent feu dans le salon de ses parents.
Par chance, il survécut à ses blessures. Les autorités anglaises furent dans l’incapacité de déterminer l’origine du feu.

Le cas le mieux connu est celui de Madame Reeser, morte en 1951. Cette femme avait 67 ans et vivait en Floride.

Voici les faits :

« Vers 9 heures du soir, la propriétaire de Mrs. Reeser vint lui dire bonsoir. Elle trouva sa locataire en robe de chambre, assise dans un fauteuil en train de fumer une cigarette.
A 8 h, le lendemain matin, la propriétaire découvre que le bouton de la porte du studio est presque brûlant. Elle appelle à l’aide deux ouvriers qui ouvrent avec un chiffon la porte du studio.
Au milieu d’un cercle noirci d’environ 1,20 m de diamètre, gisent quelques ressorts de fauteuil, les cendres d’un guéridon et les parties métalliques d’un lampadaire ainsi que ce qui reste de la locataire : un foie carbonisé attaché à un fragment de colonne vertébrale, un crâne qui avait rétréci, un pied chaussé d’une pantoufle mais brûlé jusqu’à la cheville ainsi qu’un petit tas de cendres noircies.

Analyse du cas de Mrs Reeser

Plusieurs constatations ont été faites et consignées :

* La chaleur s’est montrée très sélective : installation électrique déformée, bougies fondues mais sans attaquer les mèches ; un gobelet en plastique mais pas les brosses à dent posées à côté.
* Toutes les surfaces de glace étaient couvertes d’une suie grasse au-dessus d’une ligne située à environ 1,20 m du sol.
* Au dessous de 1,20 m de haut, l’appartement était intact à part la victime, son fauteuil, le guéridon et un lampadaire.
* La chaleur intense semble s’être produite dans un cercle de 1,20 m de diamètre ; le pied resté intact dans sa pantoufle dépassait de ce cercle. La raison en est simple. Cette femme avait une jambe raide et donc étendait cette jambe pour s’asseoir.
* Le crâne de la victime était étrangement réduit à la taille d’une balle de base-ball. Dans le cas de combustion normale, le crâne ne reste pas entier, et surtout il ne rapetisse pas.

Etudes et analyses du F.B.I et du Dr Krogman

Confrontés à ces mystères, les autorités locales ont fait appel au F.B.I. Voici une synthèse des études de laboratoire :

La victime pesait environ 85 kg avant le drame mais le corps calciné pesait moins de 5 kg. La conclusion du rapport fut qu’aucun agent chimique connu n’était intervenu pour allumer ou accélérer le feu.

On demanda donc au Dr Krogman, spécialiste en grands brûlés, d’élucider ce mystère. Il procéda par élimination.

1/ La foudre ne pouvait être la responsable. Il n’y avait d’ailleurs aucun éclair ce soir-là.
2/ Les somnifères absorbés par la victime auraient pu la rendre si somnolente qu’elle ne s’aperçut pas que la cigarette qu’elle fumait mettait le feu à sa robe de chambre. Cette solution n’a pas été retenue pour une raison essentielle :

La chaleur émise par un vêtement ou un fauteuil en flamme est largement insuffisante pour incinérer un corps. La plupart des experts sont d’accord pour dire qu’il faut une température d’au moins 1 650 ° pour réduire des os en cendres.
A titre de comparaison, la chaleur d’une voiture en flammes n’atteint que 700° environ.

Donc, une chaleur de 1 650° entraînerait obligatoirement la combustion de l’environnement et même de la maison toute entière.
Il est à souligner que d’autres experts réfutent ces chiffres mais je n’ai trouvé aucune source sérieuse confirmant la contestation des chiffres généralement admis.

L’affaire est toujours ouverte faute d’une explication faisant l’unanimité.

Les théories scientifiques

Antoine Bagady, chercheur au CNRS, a donné une conférence sur ce sujet en 2001.

L'auteur présente une théorie en s’appuyant sur plusieurs rapports dont voici des extraits :

« Sous certaines conditions, un corps humain se consumera, par combustion lente, dans sa propre graisse, en provoquant peu ou aucun dégât aux objets environnants. Cette combustion n’est pas spontanée mais induite par une source de chaleur externe au corps » (Thurston 1961)

« En 1965, Gee a démontré qu’une température de 250°C est nécessaire pour enflammer la graisse humaine. Cette graisse fournit elle-même de la chaleur. La graisse continue à brûler tant que la température reste supérieure à 24°C »

« L’autocombustion humaine représente une des différentes possibilités de combustion humaine. Celle-ci requiert pour démarrer l’association de deux facteurs :

* L’incapacité de réaction de la victime
* La présence d’une source calorifique à proximité »

Donc, pour résumer, la graisse humaine peut prendre feu et se consumer lentement à la manière d’une chandelle, entraînant la destruction partielle ou totale du corps.
Ce phénomène exige qu’une partie du corps soit portée à une température minimale, fournie par une flamme ou tout autre moyen. A partir de là, la combustion peut s’auto-entretenir.

Conclusion

Théorie graisse/source externe de chaleur

Cette théorie scientifique peut certainement s’appliquer à certains cas dont celui de Mrs Reeser qui fumait le soir où elle a été vue. Quoique cela n’explique pas pourquoi son crâne se soit ainsi réduit.
Ce fait, contesté par les sceptiques, est pourtant bien réel. En principe, en présence d’une chaleur suffisante pour détruire les tissus mous, le crâne devrait exploser en plusieurs morceaux mais pas rapetisser.

Dans de nombreuses affaires, le doute effectivement subsiste car les éléments sont insuffisants pour affirmer qu’il s’agit bien de combustion humaine spontanée.

Par contre, la théorie n’explique nullement de nombreux cas où l’on ne peut parler de combustion lente.
Par exemple, l’enfant qui prend feu dans sa poussette, l’actrice qui s’enflamme dans sa voiture devant plusieurs témoins ou cette mère qui prend feu devant son mari et ses enfants en pleine croisière.
Concernant, les bébés et enfants, on ne peut prétendre qu’ils fumaient ou avaient en leur possession un liquide inflammable et à 4 mois, la graisse corporelle est bien faible.

L’alcoolisme

L’alcoolisme comme cause de ce phénomène est hautement fantaisiste car à ma connaissance les gros buveurs ne s’enflamment pas au proche contact d’une source de chaleur. Comme les statistiques le montrent, certaines victimes ne buvaient pas.

Electricité statique

Il est vrai que les graisses et huiles présentent dans le corps humain sont d’excellents combustibles. Les gaz intestinaux sont également inflammables.
De même, l’électricité statique produit des étincelles. Certaines personnes accumulent des charges d’électricité statiques qui peuvent atteindre 30 000 volts (selon un manuel de prévention des incendies).
En principe, cette électricité se décharge sans dommage par les cheveux. Dans les cas extrêmes et dans des environnements spécifiques comme certaines usines, cela peut déclancher une explosion.
Mais, aucun cas d’incendie ayant entraîné l’incinération d’un corps n’a jamais été signalé.

Boules de feu et esprits frappeurs

Parmi les hypothèses avancées, on a bien sur les mystérieuses boules de feu que personne n’a jamais observé d’ailleurs dans les cas qui nous occupent. On trouve pèle mêle l’augmentation de la courbe géomagnétique de la Terre ou les attaques d’esprits frappeurs.

Ces hypothèses ne se basent sur aucune argumentation sérieuse. Le paranormal n’a rien à voir dans cette affaire ce qui n’empêchera nullement les plus crédules de croire à une intervention surnaturelle.

Un dossier qui reste ouvert

Je pense qu’il y a certainement réunion de plusieurs facteurs qui aboutissent à ce phénomène. A ce jour, nul n’a pu vraiment fournir une explication qui pourrait s’appliquer aux nombreux cas recensés.

Il est recensé annuellement, en moyenne, une cinquantaine de victimes dans le monde, dont deux en France.
(Source : le petit bouquet 29/01/1999)

Les combustions spontanées présentent quelques constantes :

* La victime semble ne pas avoir conscience de ce qui lui arrive
* La chaleur dégagée est très intense
* Le feu ne s’étend pas
* Aucun lieu ne semble offrir de protection, y compris les espaces découverts

La réunion de l’électricité statique et de la graisse ou des gaz intestinaux servant de combustibles pourrait être une hypothèse. Mais cela reste à prouver.

Je finirais en disant que les sceptiques ont une fâcheuse tendance à ne mettre en avant que les éléments qui les confortent dans leur rejet du phénomène et qu’à l’inverse les adeptes de la combustion spontanée font de même. Il serait peut-être temps d’analyser tous les éléments sans rien rejeter et surtout sans a priori.

V.B (12.05.2005)

Source : http://www.dinosoria.com/combustion_spontanee.htm
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Merin
Modérateur
Modérateur


Masculin Nombre de messages : 211
Age : 35
Localisation : France
Date d'inscription : 14/06/2008

MessageSujet: Re: Combustion spontanée   Ven 20 Juin - 11:35

Cela ne serait pas du à un etat de nervositée intense, qui pourrait provoquer ce genre de phénomène ?
Une source de chaleur engendré de telle sorte que le corp atteind une température dépassant l'entendement ! Cela peut provoquer également la remonté ou la diffusion de gaz dans le corp et à l'extérieur du corp, par les voie nasales, bucales, auditives etc..... ? Quant pensez-vous ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://danmarchinthemix.wifeo.com
Rick
Admin
Admin


Masculin Nombre de messages : 273
Age : 38
Localisation : Au fin fond de nulle part
Date d'inscription : 02/06/2008

MessageSujet: Re: Combustion spontanée   Ven 20 Juin - 20:29

Moi je pense plus que ça touche a la physique qu'au paranormal, sorte de réaction physique a l'interieur du corps, du a quoi ? ça je ne sais pas, peut être au gaz que nous avons dans notre organisme.
Ca touche peut être une minorité de personne comme par exemple certaines maladies orphelines (toute proportion gardée bien sur) , sorte d'anomalie génétique ou bien une réaction en chaine chimique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://heavyharmonies.com/cgi-bin/gletter.cgi?Letter=A
Merin
Modérateur
Modérateur


Masculin Nombre de messages : 211
Age : 35
Localisation : France
Date d'inscription : 14/06/2008

MessageSujet: Re: Combustion spontanée   Ven 20 Juin - 20:49

Cela rejoint un peut ce que j'ais dit, non Rick ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://danmarchinthemix.wifeo.com
Homme Curieux
J"installe la quechua, je me sens déjà comme chez moi
J


Masculin Nombre de messages : 57
Age : 44
Localisation : Banlieue Parisienne
Date d'inscription : 16/06/2008

MessageSujet: Re: Combustion spontanée   Ven 20 Juin - 20:52

Je penserai à des Micro-ondes qui bruleraient d'abord l'intérieur avant d'enflammé l'extérieur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Merin
Modérateur
Modérateur


Masculin Nombre de messages : 211
Age : 35
Localisation : France
Date d'inscription : 14/06/2008

MessageSujet: Re: Combustion spontanée   Ven 20 Juin - 21:09

C'est possible, mais qu'est-ce qu'il peut engendrer une telle chose ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://danmarchinthemix.wifeo.com
Rick
Admin
Admin


Masculin Nombre de messages : 273
Age : 38
Localisation : Au fin fond de nulle part
Date d'inscription : 02/06/2008

MessageSujet: Re: Combustion spontanée   Mar 24 Juin - 20:56

A noter qu'il a existé une curieuse relation entre les periodes de forte intensité géomagnétique et les cas de combustion spontanée.
Cela étant l'idée des ondes est intéressante en effet , c'est peut être du à l'action d'un gigantesque champs d'ondes radio actives qui alors formerait une boule de feu si il n'y avait pas de corps à consumer.
Peut être que ce phénomène plus le métabolisme déficient d'une personne entraine des combustion spontanée, une sorte de dérèglement des mécanismes régulateurs de la chaleur du corps. Le haut niveau du champ magnétique + une poussée naturelle d'énergie à basse fréquence serait donc à l'origine du phénomène.
Ce qui en soi n'aurai rien d'extraordinaire ni d'inexpliqué en terme physique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://heavyharmonies.com/cgi-bin/gletter.cgi?Letter=A
Merin
Modérateur
Modérateur


Masculin Nombre de messages : 211
Age : 35
Localisation : France
Date d'inscription : 14/06/2008

MessageSujet: Re: Combustion spontanée   Mar 24 Juin - 21:10

Ouais, ça se tient....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://danmarchinthemix.wifeo.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Combustion spontanée   Aujourd'hui à 1:22

Revenir en haut Aller en bas
 
Combustion spontanée
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Info] Petite définition et hypothèse de la combustion spontanée.
» Combustion spontanée : un homme s’embrase subitement dans une gare suédoise
» La combustion spontanée
» Un cas de combustion spontanée en Oklahoma ?
» Une combustion spontanée à Toul ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aux Frontières du Paranormal - Phénomènes paranormaux :: Esotérisme :: Esotérisme :: Débats-
Sauter vers: