Aux Frontières du Paranormal - Phénomènes paranormaux

Forum de discussion autour du paranormal
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Forum
Partenaires
Tchat Blablaland
Meilleurs posteurs
Tives
 
Rick
 
Merin
 
Pomme golden
 
justeuneombre
 
Neptune
 
Homme Curieux
 
torchwood
 
OUTCHY
 
Marie-José
 
Marque-page social
Marque-page social Digg  Marque-page social Delicious  Marque-page social Reddit  Marque-page social Stumbleupon  Marque-page social Slashdot  Marque-page social Furl  Marque-page social Yahoo  Marque-page social Google  Marque-page social Blinklist  Marque-page social Blogmarks  Marque-page social Technorati  

Conservez et partagez l’adresse de Aux Frontières du Paranormal - Phénomènes paranormaux sur votre site de social bookmarking

Conservez et partagez l'adresse de Aux Frontières du Paranormal - Phénomènes paranormaux sur votre site de social bookmarking

Partagez | 
 

 Poltergeist d'Enfield : La fin de 30 ans de silence

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Tives
Fêtons mes 200 posts!!
Fêtons mes 200 posts!!


Masculin Nombre de messages : 866
Age : 48
Localisation : Partout
Date d'inscription : 01/06/2008

MessageSujet: Poltergeist d'Enfield : La fin de 30 ans de silence   Lun 23 Juin - 5:09

Rien dans cette douce soirée d'août ne semblait même légèrement sortir de l'ordinaire. Peggy Hodgson était occupée à ranger la terrasse de sa maison d'Enfield, au nord de Londres, après que ses quatre enfants turbulents l'aient, une fois encore, fait ressembler à une porcherie...

Les filles de Mme Hodgson se préparaient à aller au lit à l'étage. Comme d'habitude, Janet, 11 ans, jouait à se battre avec sa sœur aînée Margaret. Puis, alors que les deux filles roulaient et riaient sur le lit, quelque chose de particulier se produisit : une commode commença à glisser lentement vers elles sur le sol. Les deux sœurs regardèrent horrifiées la commode traverser la pièce comme si elle était tirée par une paire de mains puissantes mais invisibles. Elles ont été encore plus effrayées quand elles ont réalisé que le meuble en chêne allait bloquer la porte de leur chambre, leur seul moyen de sortir.

Heureusement pour les enfants, la mère fit irruption dans la chambre pour se plaindre du bruit. Elle agrippa la commode et la repoussa contre le mur. Mais la force invisible continuait. Peggy, terrorisée, regarda la commode recommencer à glisser à travers la pièce. Cette fois, le meuble bougea plus vite et Peggy ne put rien faire pour l'arrêter. Elle essaya encore de repousser la commode contre le mur mais n'y parvint pas. Et cette fois, elle pouvait sentir une force inhumainement puissante dans la pièce. Troublée et terrifiée par ce qu'elle voyait, Peggy prit ses enfants et s'enfuit de la pièce paniquée. Ainsi commença l'un des cas de hantise les plus étranges jamais consigné en Angleterre.

Au cours des mois suivants, le phénomène dit "Poltergeist d'Enfield" chamboula la vie de la famille Hodgson. Des jouets, des assiettes, des couverts, des livres et des photos volaient inexplicablement à travers la pièce. Des objets apparaissaient et disparaissaient miraculeusement devant les yeux des observateurs terrifiés. De tels récits pourraient sembler complètement absurdes. Mais ce qui rend le cas d'Enfield si remarquable, c'est que les évènements ont été minutieusement investigués par des chercheurs universitaires respectés et, d'une manière plus pertinente, ont été observés par plus de 30 témoins indépendants dont des officiers de police.

Bien que la hantise se soit passée il y a 30 ans, Janet et Margaret n'en ont pas parlé publiquement depuis leur enfance. Elles sont encore réticentes à discuter des incidents en profondeur puisque leur vie se poursuit. Mais dans le documentaire Interview with a Poltergeist en mars 2007, elles ont brisé le silence pour la première fois et ce qu'elles révèlent donne un nouvel éclairage sur l'un des incidents paranormaux le plus remarquable qui ne se soit jamais produit en Angleterre.

"Je me sentais utilisée par une force que personne ne comprend" dit Janet. "Je n'aime vraiment pas trop y penser. Je ne suis pas sûre que le poltergeist était vraiment 'mauvais'. C'était presque comme s'il voulait faire partie de notre famille. Il ne voulait pas nous faire de mal. Il était mort là et voulait reposer en paix. La seule façon dont il pouvait communiquer c'était à travers moi et ma sœur."

Les sceptiques durs à cuire, bien sûr, se moquent de telles suggestions et affirment que les histoires de poltergeist sont simplement le résultat de canulars et de supercheries. Ils font remarquer que des préadolescentes sont des témoins difficilement fiables et, chose importante, que Janet et sa sœur ont avoué avoir joué des tours à certaines des personnes envoyées pour enquêter sur leur hantise. Cela a facilité la tâche des rationalistes pour réduire l'histoire à des niaiseries. Et pourtant, un examen attentif de l'histoire révèle que la vérité est beaucoup plus complexe, intrigante et déconcertante.

Par-dessus tout, ceux qui ont été témoins des évènements d'Enfield n'ont aucun doute d'avoir été impliqués dans un vrai cas de hantise et, bien que leurs témoignages puissent sembler exagérés, il est également très peu probable qu'autant de témoins adultes puissent avoir été abusés. Parmi les témoins indépendants clés, il y avait les officiers du police qui furent appelés à la maison des Hodgson peu de temps après que le poltergeist ait fait ressentir sa présence pour la première fois en août 1977. Ils ont pris les dépositions et ont remarqué la terreur sincère de la famille mais en l'absence de preuve concrète, ils étaient sceptiques sur ce qui pouvait s'être passé.

C'est seulement quand les officiers se sont apprêtés à partir qu'ils ont été forcés de prendre le cas plus au sérieux : assez soudainement, un fauteuil du salon s'est soulevé du tapis devant leur yeux et a commencé à bouger lentement à travers la pièce. "Il s'est soulevée d'environ 1 cm" se souvient Carolyn Heeps, un des agents de la Police Métropolitaine envoyés pour enquêter sur la hantise. "Je l'ai vu glisser vers la droite sur un peu plus d'1 m avant de s'arrêter. J'ai vérifié pour voir si il pouvait avoir glissé tout seul. J'ai même placé une bille sur le sol pour voir si elle roulerait dans la même direction que le fauteuil. Elle ne l'a pas fait. J'ai vérifié s'il n'y avait pas de fils sous les coussins et les fauteuils et je n'en ai pas vu. Je ne pouvais trouver aucune explication."

Mais bien sûr, aucun crime n'avait été commis alors la police ne pouvait pas les aider davantage. Désespérée de trouver une explication à ce qui se passait dans leur maison, la famille se tourna vers la Society for Psychical Research, un organisme scientifique respecté qui examine les cas de présumées hantises depuis une perspective théorique. Ils ont envoyé deux enquêteurs, Guy Lyon Playfair et Maurice Grosse, pour examiner les preuves. Et pour prévenir toute revendication de supercherie, la société a fait venir un avocat indépendant, Mary Rose Barrington, pour recontrôler tout leur travail. C'était pour s'assurer qu'il n'y aurait aucune affirmation crédible que les deux chercheurs étaient autrement que méticuleux, honnêtes et impartiaux dans leurs investigations.
Evidemment, au cours des 14 mois suivants qu'ils ont passé sur l'affaire, les deux chercheurs ont compilé une variété de phénomènes inexplicables. Des boîtes volaient à travers les pièces, des bibelots flottaient dans l'air, des livres apparaissaient et disparaissaient mystérieusement. On entendait des bruits de coups dans les murs. C'était totalement bizarre mais le pire était à venir. Un matin, alors que Guy Playfair travaillait dans la maison, il entendit un "énorme bruit de vibration".


"J'ai vraiment pensé que quelqu'un perçait un gros trou dans le mur de la maison" dit-il. "Je me suis précipité dans la chambre et il y avait un grand chambardement. La cheminée entière avait été arrachée. C'était un de ces vieux poêles victoriens en fonte qui devait peser au moins 30 kg. Il était si lourd que je ne pouvais même pas le relever. Les enfants n'auraient pas pu l'arracher du mur. C'était simplement impossible. Nous avons enregistré l'incident sur cassette, y compris la cheminée en train d'être arrachée du mur."

Les évènements allaient bientôt prendre un tour encore plus inquiétant. Un soir, tard, alors que les enfants dormaient dans leur chambre et que Maurice Grosse notait ses résultats de la journée, il fut dérangé par le cri de Janet. Maurice courut au bas de l'escalier pour voir la fille de 12 ans être apparemment tirée de sa chambre par une force invisible. Janet fut traînée en bas de l'escalier et tomba brusquement aux pieds de Maurice.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tivestives-1.spaces.live.com/default.aspx?wa=wsignin1.0
Tives
Fêtons mes 200 posts!!
Fêtons mes 200 posts!!


Masculin Nombre de messages : 866
Age : 48
Localisation : Partout
Date d'inscription : 01/06/2008

MessageSujet: Re: Poltergeist d'Enfield : La fin de 30 ans de silence   Lun 23 Juin - 5:09

Cet incident fut aussi enregistré sur cassette et fut le premier de plusieurs incidents dans lesquels le poltergeist prenait Janet et essayait de l'emporter. Peu de temps après, on a même vu Janet flotter dans l'air et cette fois-ci il y eut deux témoins indépendants. Une contractuelle et un boulanger qui passaient ont tous les deux jeté un coup d'œil à la maison et ont vu Janet apparemment léviter au-dessus de son lit à travers une fenêtre du dernier étage.

Comme Janet s'en rappelle : "la femme m'a vue tourner et taper contre la fenêtre. J'ai pensé que j'allais casser la vitre et passer à travers. Beaucoup d'enfants fantasment sur le fait de voler mais ça n'était pas comme ça. Quand vous lévitez de force et que vous ne savez pas si vous allez atterrir, c'est très effrayant. Je ne sais toujours pas comment cela s'est produit."

Et ce n'était pas tout. Apparemment en proie à quelque force agitée, Janet commença à jurer et à hurler des insultes à ceux qui étaient dans la pièce d'une voix désincarnée qui ne ressemblait pas à la sienne. Alors, était-ce la preuve d'un poltergeist ou simplement un enfant qui faisait une farce ?

Les investigateurs commencèrent à interroger "l'esprit" et les réponses qu'ils reçurent étaient décidemment sinistres. Le poltergeist s'identifiait lui-même à un homme nommé Bill qui expliqua "avoir eu une hémorragie, s'être endormi et être mort dans un fauteuil dans le coin en bas des escaliers".

Qu'est-ce que cela pouvait signifier ? Etonnamment, des recherches ultérieures ont montré que bien avant que les Hodgson n'emménagent dans la maison, un vieil homme appelé Bill Wilkins avait en effet vécu là. Et il était mort d'une hémorragie cérébrale assis dans un fauteuil. C'est certainement une histoire intrigante. Mais est-ce vraiment un cas prouvé de poltergeist ?

Si vous creusez en dessous de la surface, des doutes commencent bientôt à émerger. A plusieurs occasions, les filles au centre de l'affaire ont été prises en train de jouer des tours aux enquêteurs. Une fois, elles ont été prises à cacher l'enregistreur de Guy. Elles avaient prévu de prétendre que le poltergeist l'avait emporté. Malheureusement pour les filles, l'enregistreur tournait et a enregistré leur coup. "Elles n'étaient pas très bonnes pour faire des farces" se souvient Guy. "On les a toujours attrapées. A quoi vous attendez-vous de la part d'enfants ? Je me serais plus inquiété si elles ne s'étaient pas amusées de temps en temps. Je veux dire, elles se comportaient comme des enfants normaux."

Interrogée à propos de ces farces aujourd'hui, Janet explique qu'elle et sa sœur ont en effet fait des blagues parce qu'elles en avaient marre d'être testées tout le temps. Elles étaient devenues comme des animaux dans un zoo à qui on demande constamment de faire des tours pour les spectateurs béats.

Les gens s'attendaient à ce que quelque chose d'inexplicable se produise, et quand rien ne se passait, les filles décidaient de faire une farce à l'occasion. Mais, et c'est important, Janet estime que seuls 1 à 2 % des centaines de phénomènes paranormaux différents qui se sont déroulés dans la maison étaient de son fait et de Margaret et c'était des choses mineures comme faire tenir une chaise sur le dessus d'un porte et prétendre que c'était le poltergeist qui l'avait fait. En outre, dans de nombreux cas, il aurait été physiquement impossible pour les deux jeunes filles d'avoir simulé les preuves. Comment une fille de 12 ans peut-elle arracher une cheminée ou faire léviter un fauteuil devant des officiers de police ?

L'avocate, Mary Rose Barrington, qui a examiné le cas pour le compte de la Society for Psychical Research, n'a aucun doute que les enquêteurs ont accompli un travail consciencieux et honnête. Elle a soumis beaucoup des témoins à un contre-interrogatoire serré et a contrôlé les preuves. Elle n'a rien trouvé qui suggère un complot plus large. De même, les 30 et quelques témoins qui ont vu les hantises, dont des officiers de police, des journalistes et des passants, semblent tous convaincus par ce qu'ils ont vu.

Néanmoins, certains experts restent sceptiques. Le Pr Chris French, un psychologue de l'Université de Londres, ne doute absolument pas que les filles étaient malicieuses et entreprenantes : "les enfants peuvent être très ingénieux. Je ne crois pas à l'idée que des enfants ne peuvent pas déjouer des investigateurs intelligents. Il y a indubitablement des choses dans ce cas qui défient l'explication rationnelle mais ça ne veut pas dire que ce sont des phénomènes réels. Quand vous considérez aussi le fait que les gens, peu importe combien ils sont sincères, sont connus pour ne pas être des témoins fiables, alors vous devez prendre ce cas avec des pincettes."

Peut-être. Mais aussi incroyables qu'étaient les évènements d'Enfield, ils sont loin d'être uniques. Le Pr David Fontana, un membre de la British Psychological Society, a investigué des hantises similaires. Il dit : "d'après mes propres études, je connais des récits de poltergeist qui tirent les cheveux des gens, font disparaître des objets avant de les remettre dans les endroits les plus improbables, allument de petits feux, jettent de l'eau, dérangent les meubles, gribouillent sur les murs, cassent des objets et généralement incommodent les occupants malchanceux de la propriété qu'ils choisissent de hanter."

Serait-ce tous des canulars ? Cela semble improbable.

Mais peut-être que le dernier mot devrait revenir à Janet elle-même. Maintenant âgée de 41 ans, et soucieuse de garder les détails de se vie privée actuelle de peur d'attirer le ridicule, elle est inflexible sur le fait qu'elle a fait l'expérience d'une vraie entité paranormale. "Je sais par ma propre expérience que c'était réel" dit-elle. "Ca vivait de moi, de mon énergie. Traitez moi de folle ou de farceuse si vous voulez. Ces évènements se sont produits. Le poltergeist était avec moi et j'ai l'impression, dans un sens, qu'il le sera toujours."

Source: Daily Mail
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tivestives-1.spaces.live.com/default.aspx?wa=wsignin1.0
Tives
Fêtons mes 200 posts!!
Fêtons mes 200 posts!!


Masculin Nombre de messages : 866
Age : 48
Localisation : Partout
Date d'inscription : 01/06/2008

MessageSujet: Re: Poltergeist d'Enfield : La fin de 30 ans de silence   Lun 23 Juin - 5:10

Merin a écrit:
Et bien si les investigations qui ont étés menés par la SPR se sont avérés être sérieuses et mené à bien, c'est déjà une bonne chose.

Et Janet s'ait vu pour un court instant être possédé ! Et oui, puisse qu'elle à commencé à jurer, à hurler des insultes à ceux qui étaient dans la pièce d'une voix désincarné qui ne ressemblait pas à la sienne.

Finalement le ou les poltergeist n'ont pas réussis à là posséder totalement, je pense cependant qu'elle est restée fragilisé par s'aient événements quelque peut étranges....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tivestives-1.spaces.live.com/default.aspx?wa=wsignin1.0
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Poltergeist d'Enfield : La fin de 30 ans de silence   Aujourd'hui à 1:23

Revenir en haut Aller en bas
 
Poltergeist d'Enfield : La fin de 30 ans de silence
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» le Poltergeist d'Enfield
» Le poltergeist d'Enfield
» Poltergeist (Enfield)
» Poltergeist
» POLTERGEIST . Une étrange vidéo . Qui anime les objets ??

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aux Frontières du Paranormal - Phénomènes paranormaux :: Hantises et fantômes :: Hantises et fantômes :: Spectres/Fantômes-
Sauter vers: