Aux Frontières du Paranormal - Phénomènes paranormaux

Forum de discussion autour du paranormal
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Forum
Partenaires
Tchat Blablaland
Meilleurs posteurs
Tives
 
Rick
 
Merin
 
Pomme golden
 
justeuneombre
 
Neptune
 
Homme Curieux
 
torchwood
 
OUTCHY
 
Marie-José
 
Marque-page social
Marque-page social Digg  Marque-page social Delicious  Marque-page social Reddit  Marque-page social Stumbleupon  Marque-page social Slashdot  Marque-page social Furl  Marque-page social Yahoo  Marque-page social Google  Marque-page social Blinklist  Marque-page social Blogmarks  Marque-page social Technorati  

Conservez et partagez l’adresse de Aux Frontières du Paranormal - Phénomènes paranormaux sur votre site de social bookmarking

Conservez et partagez l'adresse de Aux Frontières du Paranormal - Phénomènes paranormaux sur votre site de social bookmarking

Partagez | 
 

 Les Ennéagramme

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Pomme golden
Admin
Admin


Féminin Nombre de messages : 136
Age : 39
Localisation : Vaucluse
Date d'inscription : 01/06/2008

MessageSujet: Les Ennéagramme   Lun 2 Juin - 17:04

Tracé de l'ennéagramme



Quatre éléments s’associent dans le tracé de cet ennéagramme. Il est important de préciser « cet » ennéagramme car graphiquement parlant des figures proches existent. Les ennéagrammes sont une famille d’êtres géométriques, au sens bourbakien du terme, et il faut préciser les caractéristiques de cet élément particulier.

Pour rendre à Georges Gurdjieff non ce qui lui appartient, mais ce qu’il fut le premier à révéler à l'occident, cet ennéagramme particulier sera nommé dans ce qui suit ennéagramme de type G. Sur l'origine de la figure, on sait seulement, d'après Gurdjieff, qu'elle était l'emblème de la fraternité ésotérique de Sarmung avec laquelle il prétend avoir été en contact.

Composition de l'ennéagramme de type G :

un cercle ;

neuf points équidistants sur ce cercle, numérotés de 9 (pôle nord) à 1, en descendant, dans le sens inverse des aiguilles d'une montre ; il n’y a pas de zéro visible sur l’ennéagramme ;
un triangle équilatéral inscrit dans le cercle, et dont un sommet est en haut, plein nord, coïncidant avec le point 9 (les autres sommets sont donc en 6 et 3).
Tels sont les trois premiers symboles : l’ennéade, le cercle, le triangle équilatéral. S’y ajoute un hexagone croisé tracé d’un seul trait, symétrique par rapport à l’axe vertical, également inscrit dans le cercle et joignant les six autres points dans l'ordre des chiffres permettant d’écrire le développement de la fraction périodique : 1/7, qui est 1/7 = 0,142 857… et ainsi de suite…

Citation :

D'aucuns voient dans ce tracé la QUADRATURE du CERCLE, avec toute la symbolique attachée au compas (Temps/Ciel, toupie qui trouve son équilibre dans le mouvement, tradition nomade ; ÊTRE, le point d'interrogation : "je cherche plus loin" ; anima...) et à l'équerre (Espace/Sol, pyramide stable, tradition sédentaire ; AVOIR, le point d'exclamation : "j'affirme, je suis sûr"...)

L'ennéagramme de type G serait la projection en deux dimensions d'un "objet" parfaitement sphérique et complètement cubique, paradoxe qui trouve sa solution en quatre dimensions. Il est dit qu'il serait le « symbole de toute vie » : en sachant le lire il serait possible de connaître le rapport de toute chose ou être avec tout autre ; et contrôler/maîtriser ou mener à terme tout processus.

L'ennéagramme synthétise comment les deux lois fondamentales « de Trois » et « de Sept » ou « d'octave » (concepts du système de Gurdjieff) se combinent entre elles. Il importe de le concevoir (intellect), le sentir (centre émotionnel) et le ressentir en mouvement (corps/tripes).

La famille des ennéagrammes compte d’autres membres qui figurent parfois sur des tracés ésotériques :

l’ennéagone, polygone régulier convexe ;
l’ennéagramme extrapolé de l’étoile dite flamboyante, tracé d’un seul geste ;
l’ennéagramme extrapolé du sceau de Salomon, tracé de trois gestes et formé de trois triangles équilatéraux. Tel est le dessin proposé par le Jésuite Athanasius Kircher dans son Arithmologia en 1665.

L’histoire connue et inconnue de l’ennéagramme

L'application la plus connue de l’ennéagramme de type G est celle qui est parfois nommée ennéagramme des personnalités. L’expression ennéagramme des personnalités vient de ce que le schéma est utilisable pour caractériser l’existence de neuf types fondamentaux.

Le progrès, par rapport aux systèmes statiques et un peu réducteurs des caractérologies traditionnelles, est de pouvoir :

nuancer ces types par leur démultiplication en sous-types, ou leur combinaison dynamique ;
mettre en évidence la coexistence au sein de chaque type d’une face obscure, ou de régression-échec, et d’une face lumineuse, ou d’exaltation-réussite, formant mosaïque binaire et capables de coexistence sous une troisième forme ;
proposer à chacun une voie de connaissance de soi en situation et de développement personnel, en quittant les postures figées du type principal et en identifiant ses autres talents et potentialités.
Des recherches sont actuellement conduites :

sur les rapprochements entre l’ennéagramme et la morale chrétienne codifiée par les Pères du désert et leurs descendants spirituels, qu’il s’agisse de mystiques adeptes du soufisme ou de théologiens modernes ;
en musicologie sur les relations entre l'ennéagramme et les neuf modes du Chant grégorien ;
en sotériologie (l’économie du salut) sur la manière dont, à travers le témoignage des évangiles considérés comme recueil d’études de cas et de jeux de rôles, Jésus-Christ incarnerait la totalité circulaire de la nature humaine en étant capable des postures et des comportements des neuf types ; un disciple de Gurdjieff aurait d’ailleurs retrouvé dans la prière dite « Notre Père » la dynamique de l’ennéagramme ;
en Kabbale, sur les liens entre l’ennéagramme et l’arbre des sephiroth, études qui se concentrent sur le passage du 9 au 10, le cercle circonscrit à l’ennéagone représentant Malkout, le domaine de l’action.
L'ennéagramme des personnalités aurait été défini pour la première fois, sous une forme assez proche de ce qui est actuellement formalisé, enseigné et appris, dans les années 1960. Ensuite, des chercheurs en nombre exponentiellement croissant l'ont fait progresser, et ce essentiellement au sein de la culture occidentale. Le surgissement, la révélation au public lettré de cette structure opératoire mentale sont donc très récents.


Un voyage dans l’ennéagramme

Dans quelle mesure l’ennéagramme des personnalités peut-il aider au développement personnel ?
Le passage brutal, et non dénué de perspectives mercantiles, pour ce qui est de l’art de l’ennéagramme, de la tradition orale à la propagation écrite, passage qui est en quelque sorte une trahison d’un des principes fondateurs de cette forme de sagesse, a provoqué un phénomène de contagion et de dépréciation.

Or, si l’ennéagramme peut-être lentement accessible par des exercices mentaux et spirituels, la vulgarisation qu'en proposent certains magazines, notamment à travers des tests d'autoévaluation, le dénaturent complètement.

Le risque de voir disparaître, à terme, la connaissance véritablement ésotérique attachée à l'ennéagramme est réel.

Les neuf types et leurs caractéristiques

A chacun des neufs pôles est attaché un type fondamental. Certains auteurs donnent à ce type un nom par exemple le temporisateur, le perfectionniste, le cérébral...

L’inconvénient majeur est que :

d’une part le même pôle, selon les auteurs, porte des noms différents, chacun voulant imprimer sa marque au système, et consacrant de l’énergie à prouver avec toute la modestie requise la supériorité de ses propres désignations ;
d’autre part, et surtout, chacun selon qu’il est par exemple cérébral ou perfectionniste, comprend le mot temporisateur de manière assez différente pour ajouter à l’édifice une seconde couche de babélisation.
Aussi la tradition conseille-t-elle sagement de conserver les numéros pour désigner les types fondamentaux. Toutefois, dans ce qui suit, et uniquement pour illustrer la présentation, des qualificatifs seront associés à chaque type pour le portraiturer.

Il faut d'abord signaler que terme même de "type" fait débat. Certains parlent :

de base, évoquant ainsi une posture de départ pour un changement potentiel de comportement ;
d’ouverture, ou de porte, illustrant le fait que la connaissance du type permet et d’entrer en soi-même et d’accéder à l’autre ; pour les Soufis, il s’agissait bien des neuf portes de la connaissance d’Allah…
Avant de décrire les neufs types fondamentaux, il est important de préciser que l’ennéagramme de personnalité ne réduit pas du tout une personne à son type. Au contraire, il est affirmé que :

le type pur n’existe pas : c’est un idéal abstrait ;
aucun type n’est bon ni mauvais en soi : c’est nous qui hiérarchisons ;
toute personne participe, en proportions variables et selon les circonstances, de quatre types.
Comprendre une personnalité, c’est prendre en compte les interférences dynamiques entre :

son type fondamental ;
l’un ou l’autre des deux types contigus sur le cercle ; cette aile contient des informations sur ses aspects secondaires ou enfouis ;
les deux types auxquels son type fondamental est connecté par le tracé de l’ennéagramme de type G ; ces types correspondent :
l’un à la manière dont la personnalité manifestée évolue sous stress, sous l’influence passive de ses passions ;
l’autre à la manière dont elle évolue quand elle est en confiance et contrôle activement ses passions.
Par exemple, au type fondamental 9, sont associés deux ailes, les types 8 et 1, et deux types connectés, qui sont 3 et 6 d’après le tracé de l’ennéagramme.

À chaque type fondamental correspondent donc, dans l’approche la plus simple, de premier niveau (et à laquelle on se limitera dans le cadre de cet article), trois caractéristiques :

une dominante (état de base) ;
une régression (état d’échec) ;
une exaltation (état de réussite).
Le tableau qui suit montre ces associations :

Type Dominante Régression Exaltation

1 Perfection, le réformiste Colère, agression Sagesse, prudence

2 Altruisme, le sauveur Orgueil, flatterie Humilité, sincérité

3 Réalisation, le gagneur Mensonge, calomnie Authenticité, espérance

4 Esthétisme, le créateur Jalousie, envie Harmonie, équilibre

5 Observation, le penseur Avarice, cupidité Détachement, silence

6 Loyalisme, le gardien Peur, lâcheté Courage, foi

7 Curiosité, le généraliste Intempérance, gourmandise Sobriété, réalisme

8 Domination, le meneur Excès (luxure), impudence Innocence, compassion
9 Médiation, le pacificateur Paresse, indolence Force, charité


Si nous relisons la liste des régressions, c'est-à-dire des comportements
induits par l’abandon aux passions, nous pouvons la retrouver très proche de celle des sept péchés capitaux du système moral judéo-chrétien, le mensonge et la peur en plus.

Foi, espérance et charité se retrouvent aux sommets du triangle théologal des types 6 3 9…

Les neufs types fondamentaux sont par ailleurs et de plus répartis entre trois triades, triades dont les points centraux sont les pôles 3, 6 et 9 réunis dans le triangle.

Les trois triades correspondent aux trois centres : instinctif (le ventre) / social (le cœur) / cérébral (la tête). La répartition entre les triades est :


Centre instinctif : types 8 9 1

Centre social : types 2 3 4

Centre cérébral : types 5 6 7


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://boutdechoux.discutforum.com/index.htm
 
Les Ennéagramme
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'ennéagramme (test de personnalité)
» Ennéagramme des pathologies
» Ennéagramme : besoin d'aide pour mon sous-type
» L'ennéagramme d'Ayahuasca : votre avis
» Test Ennéagramme en français

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aux Frontières du Paranormal - Phénomènes paranormaux :: Esotérisme :: Esotérisme :: Symbolisme-
Sauter vers: